L'Oise Agricole 18 juin 2014 à 16h03 | Par Bernard Leduc

L’agriculture embauche

Présentation de la bourse de l’emploi de l’Oise, qui a contractualisé avec l’Anefa (Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Oise Agricole

Ce mercredi 18 juin à la Maison de l’Agriculture à Beauvais, une rencontre était organisée pour présenter aux différents services institutionnels la bourse à l’emploi qui existe dans l’Oise pour tous les métiers de l’agriculture.


Cette «bourse», destinée à mettre en relations employeurs de main-d’œuvre en agriculture et candidats à l’emploi,  a été mise en place et est animée par la FDSEA de l’Oise, qui est désormais l’une des 53 structures gestionnaires de la bourse nationale de l’emploi de l’Anefa (association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture). Elle a pour but de promouvoir les emplois et les métiers en agriculture.


Guillaume Chartier, président de la FDSEA, rappelait les besoins en main-d’œuvre des exploitations agricoles du département, besoins qui sont en règle générale difficilement pourvus, malgré le déséquilibre croissant du marché de l’emploi et la hausse du chômage. La bourse de l’emploi de l’Oise avait donc besoin de l’expertise de l’Anefa, pour tenter de mieux répondre aux besoins des agriculteurs qui cherchent à embaucher des salariés permanents ou saisonniers, pour des besoins précis. La difficulté à l’embauche de salariés agricoles est souvent liée à une méconnaissance des métiers de l’agriculture, très divers - avec quelque 80 métiers différents - et à une image «pas toujours bonne» du métier de salarié agricole ou de l’agriculture en général. Une autre difficulté, disait Guillaume Chartier, est la concurrence qui existe avec certaines autres activités économiques dans notre région, surtout pour les postes de conducteurs d’engins. Or, dans l’Oise, département où les exploitations de grandes cultures sont très majoritaires, celles-ci recherchent le plus souvent des chauffeurs qualifiés de tracteurs ou de machines agricoles. Il faut donc chercher à valoriser les métiers de l’agriculture et mettre en avant leurs avantages, liés au travail avec le vivant, avec la nature, et qui mettent en œuvre des techniques de plus en plus pointue.«L’agriculture a un potentiel formidable, elle est une chance pour notre bassin d’emploi» ajoutait Guillaume Chartier, qui rappelait la croissance de la demande alimentaire et la nécessité pour notre agriculture de «produire plus et mieux».



Une mise en relations offre/demande


Cette bourse de l’emploi doit faciliter les relations entre salariés et employeurs agricoles, en lien avec les différents partenaires institutionnels. Elle  s’adresse à tous les secteurs de l’agriculture : les grandes cultures et l’élevage, le maraîchage, l’horticulture et les espaces verts, les métiers du cheval, la forêt, l’arboriculture ou encore la pisciculture. Elle a été mise en place par l’Anefa, structure paritaire qui a été présentée par son président, Gilles Duquet, éleveur dans le Jura, qui représente les employeurs au titre de la FNSEA ; il était accompagné lors de cette rencontre à Beauvais, de son secrétaire général, Bernard Gardes, représentant le collège des salariés.


La bourse de l’emploi de l’Oise participe donc désormais au fonctionnement de la bourse au niveau national qui diffuse plus de 6.000 offres par an, 15.000 demandes et provoque plus de 20.000 relations entre agriculteurs et demandeurs d’emploi. Elle a permis l’embauche de plus de 3.500 salariés agricoles en 2013.Dans l’Oise, la gestion au quotidien de cette bourse a été confiée à Claire Lainé, qui a pour mission de recenser les besoins des agriculteurs et de leur proposer des salariés dont le profil est adapté aux postes proposés.Elle reçoit les offres, qui sont diffusées de façon anonyme dans les réseaux institutionnels, par internet et dans L’Oise Agricole (voir en page 30). Elle reçoit également les demandes des candidats, qui seront transmises de façon personnalisée aux employeurs, en fonction des CV qui ont été transmis.


Ce sont en définitive les employeurs qui choisiront la personne qu’ils embauchent, précisait Claire.Elle se tient à la disposition des adhérents de la FDSEA pour les aider à trouver un salarié et dans leurs démarches.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui