L'Oise Agricole 24 mars 2016 à 08h00 | Par Michel Bourdoncle

Stéphane Le Foll joue l’apaisement à l’AG de la FNPL

Au congrès de la FNPL, les 16 et 17 mars derniers, dans le Rhône, le ministre de l’Agriculture s’est montré déterminé à étendre à tous les Vingt-huit la mesure de limitation de la production décidée de manière volontaire, lors du dernier Conseil des ministres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Michel Bourdoncle

«Il faut que l’Europe s’engage à limiter la production. Il ne faudrait pas que certains pays s’engagent à la réduire quand d’autres en profiteraient pour l’augmenter davantage », a déclaré Stéphane Le Foll à l’assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le 17 mars, à Saint- Didier-sur-Beaujeu, dans le Rhône.

Le ministre a tout à fait conscience que l’accord qu’il a décroché à Bruxelles, quelques jours plus tôt, sur la réduction volontaire de la production laitière dans l’Union européenne n’est pas entièrement satisfaisant. Sans réussir toujours à convaincre, le ministre de l’Agriculture est cependant parvenu à calmer les inquiétudes des producteurs de lait. Persuadé de l’arrivée d’une catastrophe sociale si les prix du lait restent très bas, il a lancé un appel aux organisations agricoles afin qu’elles se mobilisent auprès de leurs homologues européens.

Jusqu’à présent, a-t-il déploré à plusieurs reprises, à part la FNPL en France, le syndicalisme européen n’a fait aucune proposition susceptible de freiner l’emballement de la production. D’ailleurs, la plupart des pays du nord de l’Europe (Irlande, Royaume-Uni, Pays-Bas, Danemark) sont hostiles à s’engager dans cette voie.

Quelques instants plus tôt, Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL, avait pointé l’insuffisance de la mesure. «La réunion du Conseil des ministres de l’Agriculture du 14 mars n’a pas été à la hauteur des enjeux», dénonçant ses modalités d’application, et notamment «le manque d’incitation financière pour les producteurs de lait à limiter la production».

Conscient de cette difficulté, Stéphane Le Foll a proposé une réunion de tous les industriels européens, sous l’égide du Parlement, pour les sensibiliser à l’urgence de la situation. Il y a en effet le feu dans la maison. L’Europe a déjà stocké en deux mois 52.000 tonnes de poudre de lait, davantage que dans toute l’année 2015.

Priorité aux producteurs de lait

Si la signature en France de la Charte des valeurs a permis d’enrayer la baisse du prix du lait dans les négociations commerciales entre les transformateurs et la grande distribution, la plupart des industriels ne s’y sont pas engagés. C’est la raison pour laquelle la FNPL demande d’inscrire dans le marbre les principales dispositions de cette charte.

«Si l’engagement des acteurs de l’aval ne se concrétise pas de manière volontaire, il faudra alors passer par la loi… Je vous demande, monsieur le Ministre, de sanctuariser dans la loi, l’esprit de la charte laitière de valeurs», a plaidé Thierry Roquefeuil. Message reçu par Stéphane Le Foll, qui annonçait une réunion de l’ensemble des opérateurs de la filière, le 22 mars, pour travailler sur la maîtrise de la production et sur des propositions législatives.

«La loi Sapin (qui va être prochainement examinée par le Parlement) peut modifier des articles de la loi de modernisation de l’économie et prévoir que les négociations commerciales intègrent une logique tripartite», prenant en compte l’intérêt des producteurs, a-t-il indiqué. Elle précisera également la non-cessibilité des contrats laitiers.

Thierry Roquefeuil s’était également prononcé en ce sens quelques instants plus tôt. Alors que les transferts de quotas en France étaient gratuits, «se mettre à payer un droit à produire n’est pas acceptable», notamment pour l’installation des jeunes, a-t-il déclaré. Le président de la FNPL est également revenu sur le plan de soutien aux éleveurs, décidé par les pouvoirs publics, déplorant l’iniquité entre producteurs et les exclusions injustifiées. «L’année blanche est en zone grise.

C’est le brouillard et, sur le terrain, c’est le parcours du combattant.» Le ministre a répondu que les 50 millions d’euros pour la prise en charge des cotisations sociales MSA et les 50 millions du Fonds d’allègement des charges seraient affectés en priorité aux producteurs de lait. Mais pas question, en revanche, de doubler le montant de la prime à la vache laitière pour compenser l’insuffisance des prix, parce que le budget européen qui lui est dédié est contraint.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui