L'Oise Agricole 20 novembre 2015 à 08h00 | Par Bernard Leduc

Un centre international d’innovation et d’expertise en agro-machinisme

La région Picardie et le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) viennent de lancer Pima@tec, avec le soutien des industriels Gima et Agco-Massey Ferguson.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 16 novembre, signature dans les locaux de l’Institut LaSalle Beauvais de la convention créant Pima@tec (Picardie Technocentre du machinisme agricole et des agro-équipements), par les dirigeants du Cetim : Philippe Choderlos de Laclos, directeur, et Emmanuel Vielliard, président ; et le président du Conseil régional, Claude Gewerc, et les représentants d’Agco, Macon Shute, vice-président Engineering, et du Gima, Markus Wethues, directeur général.
Le 16 novembre, signature dans les locaux de l’Institut LaSalle Beauvais de la convention créant Pima@tec (Picardie Technocentre du machinisme agricole et des agro-équipements), par les dirigeants du Cetim : Philippe Choderlos de Laclos, directeur, et Emmanuel Vielliard, président ; et le président du Conseil régional, Claude Gewerc, et les représentants d’Agco, Macon Shute, vice-président Engineering, et du Gima, Markus Wethues, directeur général. - © Bernard Leduc

Il s’agit du premier centre d’expertise et d’innovation en agro-machinisme. De portée internationale, ce centre sera doté de deux plates-formes technologiques dont les bancs d’essais, installés à Beauvais et à Senlis, seront mutualisés au profit des industries mécaniques.

Il développera des moyens d’expertise et de transfert de technologies en partenariat avec le Gima et Agco, premier producteur et exportateur de machines agricoles de France, implanté à Beauvais. Le président du Conseil régional, Claude Gewerc, rappelait que «les deux grandes activités de la Picardie sont l’agriculture et l’industrie». Avec ce futur centre technologique, «on lie les deux», en permettant de répondre aux besoins exprimés par les agriculteurs pour développer de nouvelles pratiques, et leur permettre une meilleure compétitivité.

L’objectif est aussi de répondre à la nécessité pour notre agriculture de produire davantage, du fait de la forte croissance démographique mondiale. «Grâce à ce centre et au Cetim, nous avons un atout de plus à Beauvais» disait Markus Westhues, directeur général du Gima, filiale spécialisée en transmissions commune à Agco et à Claas. En effet, les industriels auront à leur disposition des équipements qui permettront d’être à la pointe des technologies pour tester des nouvelles techniques et des tracteurs pour leur fiabilité et leur endurance dans des conditions extrêmes de travail. Ce centre doit permettre aussi d’améliorer la productivité, en raccourcissant les délais de recherche-développement, en exploitant entre autres les simulations numériques.

Ce nouveau centre d’essais représente un investissement de 20,5 millions d’euros, également répartis entre financements publics (région Picardie et Feder) et privés (Cetim). Il conforte la chaire Agro-machinisme et nouvelles technologies créée au début de cette année par la région Picardie, l’Institut polytechnique LaSalle Beauvais, Agco-Massey Ferguson et Michelin, et renforce le projet de la région visant à mobiliser l’ensemble des acteurs de la chaîne de l’innovation technologique, en développant les moyens de recherche dans les domaines de l’agro-équipement.

Cette démarche collective s’inscrit aussi dans celle de la ferme du futur, initiée par l’Institut LaSalle en partenariat avec les organisations professionnelles agricoles.
Le but est de développer la filière agro-équipement dans notre région, en contribuant à mettre au point des tracteurs de l’agriculture de demain, plus puissants, plus performants.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui