L'Oise Agricole 17 septembre 2015 à 08h00 | Par Laurent Mingam

Un bilan de l'après manifestation

Le bureau de la Fdsea60 s'est réuni mercredi 9 septembre. L'occasion de tirer un premier bilan de la manifestation du 3 septembre, au plan pratique et de l'organisation mais aussi, et surtout, au plan syndical.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Oise agricole

Unanimement les membres du Bureau de la Fdsea60 ont relevé la bonne organisation de la manifestation du 3 septembre à Paris. Guillaume Chartier, président de la Fdsea, avait pour l’occasion également invité à cette réunion de bureau les responsables des principaux convois de tracteurs. Tous se sont satisfaits de l’absence d’accident et de l’excellent déroulé « logistique » de la manifestation. «C’était presque trop bien organisé» a fait remarquer Thierry Fraiture, président du canton d’Auneuil. Beaucoup ont aussi relevé, comme Pascal Foucault, président de l’arrondissement de Beauvais Nord «l’extraordinaire accueil des parisiens applaudissant les tracteurs entrant dans Paris».

Sur les résultats de la manifestation les avis sont en revanche plus partagés. Pour Guillaume Chartier, à la première lecture les dispositions proposées par le Premier Ministre et annoncée par Xavier Beulin sont «insuffisantes même si elles répondent à des situations d’urgence». Les membres du Bureau relèvent de même que, même si la couverture médiatique de la manifestation a été excellente, le relais des mesures annoncées a été insuffisant. «On a beaucoup entendu critiquer Xavier Beulin depuis le 3 septembre alors que le ministre de l’agriculture, lui, semble aux abonnés absents. C’est lui qui devrait être critiqué» a ainsi relevé un membre du Bureau.

 

Besoin d’explications

Après présentation des mesures, les membres du Bureau ont conclu à la nécessité d’aller les expliquer sur le terrain aux agriculteurs présents à la manifestation ou qui en avait des attentes. Car, en effet, certaines mesures peuvent présenter un réel intérêt à court terme pour les agriculteurs pour sortir d’une situation conjoncturelle délicate. Il faut par conséquent que le maximum d’agriculteurs puisse en bénéficier, selon l’avis des membres du Bureau, dont en particulier «l’année blanche» qui constitue une vraie bouffée d’oxygène pour des exploitations qui ont un besoin de trésorerie.

De même les membres du Bureau estiment que le moratoire sur les contraintes va dans le bon sens. A condition qu’il soit réellement effectif dès à présent c’est-à-dire qu’aucune contrainte nouvelle ou actuellement non mise en œuvre ne soit appliquée. Cette mesure sur les contraintes doit, dans un second temps, faire l’objet d’une redéfinition, au niveau national, des modalités de concertation et de décision sur les contraintes applicables au secteur agricole.

La Fdsea donne donc rendez-vous à tous aux réunions locales d’information pour faire le bilan et partager sur l’ensemble des mesures conjoncturelles et structurelles misent en œuvre suite à la manifestation du 3 septembre.

 

Le point sur la PAC

Au-delà de ce sujet les membres du Bureau ont abordé la question des suites des déclarations PAC. Un peu plus de 70% des agriculteurs de l’Oise ont déposé une demande de versement anticipée des aides PAC en octobre 2015. Ce taux est le plus élevé de Picardie et, au niveau national, il s’élève à peine à un agriculteur sur deux. A ce jour nous ne disposons pas de plus de précisions sur la mise en œuvre de ce dispositif, ni sur les modalités concrètes, ensuite, de règlement des aides PAC.

A ce jour les instructions des dossiers PAC ne sont pas terminées. Le nombre des anomalies apparait significativement plus important qu’habituellement, ce qui en soi n’est pas une surprise considérable vu les difficultés de déclaration avec un module TéléPAC difficile à manier, point sur lequel la Fdsea60 avait alerté Monsieur le Préfet de l’Oise, et le nombre de règles nouvelles ou changeants tout au long de la période de déclaration. En tout état de cause, même pour les dossiers qui ne seront pas définitivement instruit le versement anticipé des aides PAC interviendra bien pour les 3 agriculteurs sur 4 qui, dans l’Oise, ont déposé la demande d’avance de trésorerie. Le dossier reste à suivre pour la Fdsea60 et, au niveau national et européen, pour le syndicalisme qui rappelle qu’il serait injuste et choquant que des agriculteurs pâtissent des manquements réglementaires ou pratiques imputables au Ministère de l’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui