L'Oise Agricole 28 novembre 2014 à 08h00 | Par Stéphanie Doligez

Réforme territoriale et réseau Fnsea : qu’est-ce qui va changer ?

Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la Fnsea, est venu échanger avec les élus des Fdsea picardes sur la réforme territoriale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Oise Agricole

La réforme territoriale qui doit entrer en vigueur en 2016 va bouleverser quelque peu le paysage politique local et le réseau syndical Fnsea devra nécessairement s’adapter pour être présent dans les lieux de décision. C’est ce qu’est venu présenter Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la Fnsea, aux élus picards le 18 novembre à Estrées-Saint-Denis. Il était accompagné de Simon Huet, du service syndical de la Fnsea, et de Théo Gning, du service politiques territoriales.

Le chemin sinueux vers la simplification

La réforme territoriale vise à simplifier le millefeuille territorial actuel. Toute une série de lois se succèdent depuis 2010 pour y parvenir. En pratique, nous allons assister au redécoupage des cantons et des régions, à la montée en puissance des métropoles, au renforcement des intercommunalités et enfin, en 2020, une redistribution des compétences dans ce nouveau paysage.

Les cantons seront agrandis et leur nombre sera ainsi divisé par deux. Les conseillers départementaux remplaceront les conseillers généraux. Mais à l’avenir, dans les départements dotés d’une métropole, les conseils départementaux seront fusionnés avec celle-ci. Seuls les départements ruraux devraient conserver leurs conseillers départementaux.

La plupart des compétences actuellement portées par le Département devrait migrer au niveau régional. Ce sera le cas par exemple du développement économique, de la gestion des voiries et des transports routiers, des collèges. Par ailleurs, depuis 2014, la Région est chargée de la gestion des fonds européens tels que le Feader. Le Département ne conserverait que le volet social. La nouvelle carte des Régions devrait entrer en vigueur en 2016.

Quels impacts sur le monde rural et le réseau Fnsea ?

Dans cette nouvelle organisation territoriale, les lieux de décision s’éloignent du monde rural. Selon Daniel Prieur, «un poids beaucoup plus important est donné à la Région et statistiquement, les conseillers régionaux viennent plutôt des zones urbaines plus fortement peuplées, contrairement aux conseillers généraux qui représentaient l’intégralité du territoire, rural comme urbain. Pour peser dans ce nouveau paysage, il faut que notre réseau soit présent dans les nouveaux centres de décisions : intercommunalités et Région. Mais pas question pour autant de désorganiser l’échelon départemental, qui est un maillon essentiel de notre réseau, proche des agriculteurs».

Il est ressorti de cette journée que les Fdsea devront poursuivre leur action de proximité et de services auprès des agriculteurs. La Frsea devra quant à elle poursuivre et renforcer son action politique au niveau régional. Laurent Degenne, secrétaire général de la Frsea, a insisté sur le lien avec les autres OPA : «Le périmètre des OPA a changé et nous n’évoluons pas systématiquement sur les mêmes aires géographiques. Nous devons veiller à conserver les liens entre OPA malgré ces évolutions».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui