L'Oise Agricole 19 février 2015 à 08h00 | Par Mathilde Mary

Ovins : des éleveurs de l’Oise au Salon de l'agriculture

Cinq éleveurs sélectionneurs isariens de moutons présenteront leurs animaux au concours général agricole, dans le cadre du Salon international de l’agriculture à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Mathilde Mary

Willy Balderacchi, éleveur à Caisnes, Jean-Pierre Josselin à Méry-la-Bataille, Antoine Lefèvre à Catigny et Didier Tallon à Bucamps : ces éleveurs de la race Île-de-France adhérents à l’Organisation de sélection ovine Nord (Oson), habitués de la manifestation parisienne présenteront leurs animaux le dimanche 22 février lors du concours dans les catégories laine, la conformation et génétique. À ce titre, les éleveurs seront heureux de vous accueillir sur le stand Oson durant la semaine du salon (hall 1 allée C stand 30).

Pierre et Benoît Smessaert, de Catigny, présenteront des ovins de race Suffolk. La confrontation raciale aura lieu le lundi 23 février.

Pour ces éleveurs, bien qu’ils aient l’habitude d’aller à ce rendez-vous annuel de février depuis plusieurs années, le stress est persiste.

Présenter des animaux en concours demande organisation, rigueur et persévérance. Tout doit être mis en œuvre ce jour la pour que l’animal soit sous ses meilleurs atouts.

Le Salon international de l’agriculture est une référence en matière d’élevage. Il permet aux éleveurs de maintenir un relationnel entre eux. Il permet également, par la présence de délégations étrangères, de nouer des contacts commerciaux. En effet, la génétique ovine française est reconnue et enviée à l’étranger.

C’est aussi l’occasion pour les éleveurs d’échanger avec les visiteurs sur leur métier. Cette semaine parisienne permet bien souvent de démystifier certains a-priori sur le monde de l’élevage et la communication qui en est faite.

Si chacun espère rapporter des récompenses, fruit du travail au quotidien et d’une passion, ces 10 jours de salon demandent beaucoup d’implication et d’organisation. En effet, durant le salon, les éleveurs doivent continuer à faire tourner leur exploitation. Financièrement, tout salon représente un investissement. Bien souvent, les salons ne durent pas plus de trois-quatre jours. Alors dix jours dans la capitale engendrent des coûts non négligeable pour les éleveurs éloignés.

La présence d’éleveurs sélectionneurs ovins de l’Oise au salon agricole de Paris démontre le dynamisme de cette filière. Celle-ci d’ailleurs investit dans la jeunesse, alors pourquoi pas un atelier ovin (investissement faible, rotation de capitaux rapides, débouchés assurés, matière organique…) ?

En attendant leur séjour dans la capitale, nous souhaitons aux éleveurs une bonne fin de préparation ainsi que beaucoup de réussite à ce Concours général.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui