L'Oise Agricole 15 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Sénalia: «Tous nos blés ont trouvé leurs marchés»

Le groupe Sénalia a tenu ses assemblées générales à Paris le 8 janvier 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sénalia

Lors de la campagne 2014-2015, le groupe Sénalia a manutentionné plus de 7,5 millions de tonnes de marchandises. La qualité hétérogène des blés de la récolte 2014 a bouleversé les flux, ainsi les tonnages de blés fourragers et les orges ont très fortement progressé. Mais le président de Sénalia, Thierry Dupont, a posé la question de «l’évolution et la structuration de l’organisation logistique à l’export», que Sénalia cherche à adapter pour «répondre à des pics d’activité de plus en plus nombreux». Et les destinations ont été modifiées avec une augmentation de la part de l’Asie : la Chine a représenté 28 % des volumes. Dans ce contexte, plus de 4,1 millions de tonnes de grains ont été chargées par Sénalia sur les navires à partir de ses 2 silos.

«Les résultats financiers du groupe Sénalia 2014-2015 sont bons, en ligne avec l’activité» s’est félicité le directeur, Gilles Kindelberger. Il a présenté ensuite l’activité des 6 premiers mois depuis juillet 2015.

La récolte en blé 2015, abondante et d’une qualité adaptée pour les clients à l’export a permis une augmentation des tonnages de blé meunier chargés de plus de 18%. Les tonnages en orge progressent également et représentent plus de 40 % des chargements du 2e semestre 2015.

Une première table ronde a permis de présenter les navettes trains et péniches mises en place par Sénalia pour optimiser l’approche des produits depuis les organismes stockeurs. L’efficacité de la démarche a été largement prouvée : l’objectif de tonnage a été dépassé, il y a eu des gains logistiques générés par la régularité des flux et un développement de nouveaux débouchés à l’export grâce à ces navettes.

La seconde table ronde, consacrée aux nouvelles routes maritimes vers les clients de Sénalia, a démontré que la durée des trajets n’est pas le seul critère de choix des routes maritimes, le coût total (chargement, péages, carburant) restant la clef.

En conclusion Sébastien Abis, conseiller au Ciheam, précise que la France reste une «puissance repère» grâce à sa capacité à produire du blé et à sa force logistique permettant de livrer ses blés dans tous les pays du monde.

Et le président Thierry Dupont a tracé les prochains chantiers. Il indique «qu’au niveau de chaque acteur de la filière, nous devons réfléchir à renforcer notre compétitivité pour défendre notre position de premier exportateur européen de céréales.» Il rappelle que le groupe Sénalia, indépendant des réseaux commerciaux, est au service de la filière de l’exportation française des céréales et a su équilibrer son développement avec des partenariats forts de diversifications. Cet équilibre est «indispensable à la bonne marche de l’entreprise».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui