L'Oise Agricole 11 février 2016 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Coopératives laitières et producteurs: tous dans le même bateau?

Le 5 février, la FRPL Nord-Picardie-Ardennes et les-représentants de Sodiaal Nord échangeaient, à Amiens, sur la crise de la filière et les perspectives pour 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Florence Guilhem

Cette nouvelle rencontre s’est déroulée dans un esprit plus apaisé que la première, en juillet dernier. Et pour cause. «On est tous dans la même filière, rappelait Luc Verhaeghe, administrateur chez Sodiaal Nord, président de France Nord. Ce n’est qu’ensemble qu’on peut sortir de la crise. Parmi les questions que l’on doit se poser, il y a celle des moyens pour maintenir la valeur ajoutée des produits français, les actions que l’on peut mener ensemble et les difficultés partagées.»

Tous dans la même filière, en effet, mais aussi, dans la même galère. Si les producteurs produisent désormais du lait en dessous de leur coût de production, et prennent de plein fouet la baisse des exportations chinoises, les coopératives laitières se retrouvent dans des difficultés analogues avec une grande distribution qui n’a de cesse de négocier à la baisse l’achat des produits laitiers, et avec une surproduction sur les marchés européen et mondiaux, redistribuant les cartes autrement. «Comment être plus efficaces demain sur les marchés ? Telle est notre préoccupation», disait Olivier Gaffet, président de la région Nord à Sodiaal Union.

Mettre la vitesse supérieure

Déverser des bennes de fumier devant les centrales d’achat et les grandes surfaces pour se faire entendre et obtenir à l’arraché le prix convenable ? «Ce n’est pas la solution», selon Eric Labbé, président de la SDPL des Ardennes. «Peut-être, mais si cela continue ainsi, on n’aura pas d’autres choix. Je suis prêt à occuper le terrain», rétorquait Noël Loire, producteur laitier, membre du bureau de la section lait dans l’Oise.

Le terrain à occuper, selon Didier Halleux, président de la SDPL de l’Aisne, serait plutôt celui de la compétitivité. Et de pointer les coûts de transformation insuffisamment compétitifs des transformateurs. Des coûts, qui résulteraient chez Sodiaal Nord de sa restructuration récente, liée à son agrandissement, mais aussi à la restructuration des marchés. «La concurrence entre les coopératives pour prendre des parts de marché est devenue très forte. Certaines n’hésitent pas à marcher sur les plates-bandes des autres alors qu’on pourrait travailler autrement», faisait remarquer Olivier Gaffet.

Une des pistes certaines est, selon Sodiaal, le développement de l’export. Une activité sur laquelle les transformateurs français sont en retard par rapport aux Hollandais. «Cela fait trente ans que nous avions des quotas qui correspondaient parfaitement au marché intérieur. C’est ce qui explique l’absence de développement de l’export», expliquait Olivier Gaffet. «Il va falloir mettre la vitesse supérieure», rétorquait Mélanie Bonnement, productrice laitière de l’Oise.

Des signes forts

La vitesse supérieure, Sodiaal Nord l’a engagée à sa façon en fixant en janvier dernier un prix du lait à 300 euros/1 000 litres. «C’est très courageux de le faire au vu du marché et alors que vous n’avez pas forcément les finances pour le faire. C’est un signe politique fort, et ce, même si pour ce mois de février le prix sera à 290 euros/1 000 litres de lait», notait Gilles Durlin, membre du bureau de la FNPL.

Autre signe fort, et planche de salut pour certains, la charte de valeurs proposée par la FNPL aux transformateurs et distributeurs (voir encadré). «Si elle est signée, j’espère qu’elle sera respectée à la différence des lois qui ne le sont pas», rappelait Alain Gille, président de la FRPL. Si la charte n’est pas la baguette magique qui, d’un seul coup, mettrait fin à la crise, elle a le mérite de «traiter l’urgence en attendant que les accords tripartites se fassent», commentait Luc Verhaeghe. Les paris sont ouverts.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui