L'Oise Agricole 10 mars 2016 à 08h00 | Par Simon Playout

Partir à la reconquête du consommateur

Les sections porcines du Nord-Pas-de-Calais-Picardie ont tenu leur assemblée générale collective.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Simon Playout

Pour la seconde année, les sections porcines du Nord-Pas-de-Calais- Picardie ont tenu leur assemblée générale commune, le 8 mars, à Fruges (62). L’heure était au bilan et à l’instauration de pistes pour l’avenir de la filière régionale après «une année syndicale sans précédent. Nous nous sommes mobilisés sur tous les fronts, a déclaré Olivier Fagoo, président de la section porcine du Nord. Nos démarches commencent à payer, puisque plusieurs projets ont vu le jour.»

Actions en GMS, blocages d’abattoirs, manifestations en préfecture, sous-préfecture, à Paris et Bruxelles, visites de cuisines centrales… En 2015, sous le slogan «Plus de prix, moins de charges», les éleveurs porcins des FDSEA 62, 59 et 80 ont interpellé l’ensemble des acteurs de la filière et l’opinion publique.

«Chaque opération que nous avons menée en région a débouché sur un entretien par la suite», souligne Nicolas Mannessiez, président de la section porcine du Pas-de-Calais. Ainsi, après négociations, le distributeur nordiste Auchan a mis en place une contractualisation tripartite (de trois ans renouvelables), avec une association de producteurs du Nord-Pas-de-Calais, regroupés sous la marque Le Porcilin, l'industriel Bigard et plusieurs transformateurs charcutiers en février dernier. «L’efficacité du dispositif va être observée.

D’autres initiatives du même type pourraient être créées, indique Olivier Fagoo. Il faut appuyer ces démarches qui ont vocation à maintenir le tissu économique du terroir.» Présente dans les cellules d’urgence départementales instaurées par le ministère, la filière porcine a obtenu que les dossiers présentés par les éleveurs soient accompagnés à titre «prioritaire». «Cent trente-quatre dossiers porcs ont été déposés dans le Nord, annonce François Bot, chargé de mission agriculture et territoire à la DDTM 59.

Parmi eux, quatre-vingt-huit étaient éligibles et ont été payés à hauteur de 530.000 €.» Deux dossiers sont encore à couvrir. «Dans le Pas-de- Calais, sur 1.022 dossiers prioritaires (porcs et autres filières, ndlr), 324 ont été payés à l’heure actuelle», précise Sylvain Bresson, de la DDTM 62. Avec 769 sites d’élevages porcins de plus de dix truies ou de plus de cinquante places en engraissement, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie reste la quatrième région de production française. Près de 93 300 tonnes y sont produites. «La production porcine régionale ne couvre pourtant qu’environ 40 % des besoins de consommation en Nord-Pas-de- Calais-Picardie (6 millions d’habitants, ndlr)», explique Gwendoline Desailly, directrice de l’URGPP - InterPorc.

L’avenir de la filière en question

«La consommation de porc en région a chuté jusqu’à 8% en septembre dernier, de même qu’en janvier, déplore Jean-Paul Bricout, directeur de l'entreprise Bigard à Saint-Pol-sur-Ternoise (62). La priorité est de partir à la reconquête du consommateur et de lui donner l’envie de manger du cochon.» Une démarche qui passe, entre autres, par le développement des filières de qualité. «Environ 20% de la production régionale, soit 210.000 porcs, suit un cahier des charges spécifique», note Gwendoline Desailly. «Il y a encore une marge de croissance et des débouchés dans la segmentation haut de gamme, en particulier de la salaisonnerie, la charcuterie et des produits élaborés», affirme Olivier Fagoo.

Des consommateurs qui sollicitent aussi une information claire sur la provenance des produits qui leur sont proposés. Fer de lance des manifestations agricoles, les éleveurs se battent toujours pour un meilleur étiquetage. Une pétition en cette faveur, lancée notamment par la FNSEA, les JA et Coop de France au Salon de l’agriculture 2016, a déjà recueilli 26.000 signataires dont Xavier Bertrand, président du Conseil régional. «Nous croyons en notre savoirfaire, ont conclu les représentants des sections. Restons acteurs de la filière porcine régionale.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui