L'Oise Agricole 21 février 2014 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Enseignement - Une formation pour quel métier ?

La fédération départementale des MFR (Maisons familiales et rurales) a organisé la 9e édition de son Carrefour des métiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Travail en atelier avec des professionnels pour des échanges directs.
Travail en atelier avec des professionnels pour des échanges directs. - © Bernard Leduc

Environ 110 élèves de 3e des Maisons familiales rurales de l’Oise étaient réunis jeudi dernier 13 février dans la salle Jules-Verne à Breteuil pour le désormais traditionnel Carrefour des métiers. Cette manifestation permet aux élèves des 3 établissements d’enseignement agricole par alternance de s’informer et de rencontrer, par atelier, des professionnels et des formateurs dans des domaines variés qui ne concernent pas seulement l’agriculture ou l’élevage, mais aussi de nombreuses autres activités professionnelles, essentiellement en milieu rural.

Des ateliers étaient organisés par thème, pour des rencontres en groupes avec des professionnels de nombreux secteurs d’activités : l’agriculture, l’élevage, les soins aux animaux, le monde du cheval, les services aux personnes, le machinisme, les métiers de l’armée et de la gendarmerie, les métiers de bouche, ceux du bâtiment, de l’horticulture ou de l’aménagement paysager, la vente et la distribution… Une occasion de montrer les réalités professionnelles, avec les avantages et les exigences de chaque métier.

Dans l’Oise, les MFR assurent des formations pour les métiers de l’agriculture, du cheval et des services à la personne, à partir de la classe de 4e jusqu’au BTS. La particularité de l’enseignement dans les maisons familiales rurales est l’alternance, entre des périodes d’enseignement théorique et des périodes de stages en entreprises.
La voie de l’apprentissage a ses exigences, expliquait Évelyne Coré, responsable des MFR de l'Oise, puisque l’élève accède à un statut de salarié et doit donc se plier à la discipline de travail d’une entreprise, sans les traditionnelles vacances scolaires, tout en poursuivant ses études. L’apprentissage nécessite une démarche en amont, celle de la recherche d’emploi dans une entreprise qui accepte d’accueillir des apprentis ; mais il permet un enseignement pratique, débouchant souvent directement sur un emploi ; il a aussi l’avantage d’apporter l’autonomie des apprentis, rémunérés par l’entreprise qui les emploie et dont la formation est prise en charge par le Conseil régional et la taxe d’apprentissage.


Il existe une autre formule de prise en charge des frais de formation, avec le contrat de professionnalisation ; mais les règles changent et la formule sera peut-être supprimée pour la prochaine rentrée scolaire.

B. Leduc

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui