L'Oise Agricole 04 juin 2015 à 08h00 | Par Oise Agricole

Les terres agricoles ne connaissent pas la crise

Contrairement aux marchés fonciers soumis à influence urbaine (maisons à la campagne, espaces résidentiels et de loisirs,urbanisation), le marché des terres agricoles a continué à progresser en 2014 stimulé par la baisse des taux d’intérêt.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terres d'Europe-Scafr

Sur le marché des terres agricoles, la hausse des valeurs s’est poursuivie en 2014, selon la Fédération nationale des Safer (FNSafer) qui a présenté les principales tendances du marché foncier, le 28 mai à Paris. Le prix des terres et prés libres non bâtis s’est établi à 5 910 €/ha en2014, en hausse de 2,9 % par rap-port à l’année précédente, après avoir augmenté de 6,2 % en 2013.Idem pour le prix des terres et biens loués, il a continué à progresser à4 410 €/ha, soit une croissance de4 %.

 

Les agriculteurs ont tiré les prix à la hausse

Contrairement aux marchés sous influence urbaine (maisons à la campagne, espaces résidentiels et de loi-sirs non bâtis, urbanisation) dont les volumes échangés stagnent ou diminuent victimes de la crise économique, le marché des terres agricoles a été dopé par la baisse continue des taux d’intérêt. En 2014, l’autre facteur déterminant, la rentabilité des exploitations agricoles, n’a pas joué sur le prix des terres, selon la FNSafer. En effet, l’excédent brut d’exploitation à l’hectare affiche un repli tendanciel, même s’il est soumis à de fortes fluctuations à cause de la volatilité des prix agricoles. Néanmoins, ce sont les agriculteurs qui ont tiré les prix à la hausse comme en 2013 et en 2012d’ailleurs, alors que ce n’était pas le cas les années précédentes, les prix étaient alors stimulés par les achats des non-agriculteurs. Selon la FNSafer, l’écart de prix entre les zones de polyculture élevage et les grandes cultures a tendance à se réduire au fil du temps.Ainsi, le prix en grandes cultures s’est établi en moyenne à 6 810 €/ha contre 5 600 €/ha pour la polyculture élevage, le prix des terres dans les zones d’élevage bovin s’établissant pour leur part à 4 390 €/ha. Ce qui peut être interprété,comme un transfert de terres dédiées à l’élevage vers les grandes cultures dans les zones mixtes,selon Robert Lévesque, directeur de Terres d’Europe-Scafr.Trois zones Ces disparités, on les retrouve au niveau régional.

La France apparaît divisée en trois zones horizontales.Le Nord d’une part, (Nord-Pas-de-Calais, les deux Normandie, Picardie, la Champagne et le Bassin pari-sien, ainsi que l’Alsace), et le Sud d’autre part (de l’Aquitaine jus-qu’au Alpes) où les prix dépassent plus de 6 500 €/ha en moyenne. Entre les deux, une vaste zone centrale, de la Franche-Comté à la côte atlantique, essentiellement dédiée à l’élevage où les prix sont souvent inférieurs à 3500 €/ha. La FNSafer a même identifié des zones où les prix excèdent 10 000 €/ha, voire 12 000 €/ha. Il s’agit du Nord Pas-de-Calais et du grand bas-sin parisien, y compris la Norman-die au Nord et de la Provence Côte d’Azur, ainsi que des zones irriguées comme les Landes au Sud.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui