L'Oise Agricole 05 décembre 2014 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

La feuille de route de l'après-quotas adoptée

Douze partenaires et le ministère ont adopté, à l'initiative dela FNPL, un pacte laitier pour préparer la filière à la libéralisation du marché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un pacte pour préparer la filière lait à la libéralisation du marché.
Un pacte pour préparer la filière lait à la libéralisation du marché. - © CA 35

Trente ans après la mise en place d'une politique administrée, la filière laitière va entrer dans quelques mois dans une nouvelle ère, celle de la libéralisation. C'est pour s'y préparer que Thierry Roquefeuil, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), avait annoncé à son congrès à Pontarlier, début 2014, le lancement d'un pacte laitier.

Le 27 novembre, à la Maison du lait à Paris, celui-ci a été officiellement signé par la FNPL, le ministre de l'Agriculture ainsi que douze autres partenaires de la filière (interprofession, banques, assurances, Chambres d'agriculture, organismes de développement et d'appui technique...).

«C'est notre nouveau code de la route sans les quotas qui doit baliser notre chemin et être notre GPS», pour les années qui viennent, a insisté Thierry Roquefeuil, qui s'est félicité de la mobilisation de tous les partenaires dans ce projet. Ainsi, par la voix du ministre de l'Agriculture, les pouvoirs publics se sont engagés à mettre en place à FranceAgriMer et avec l'appui du Cniel un observatoire des volumes pour disposer d'outils performants d'observation des marchés et des volumes produits pour pallier à la fin de l'encadrement administratif qui marque la fin des quotas.

«Ces informations fiables et leurs analyses nous permettront d'avoir une visibilité et de «driver» la filière laitière française, non pas à vue mais avec des panneaux de signalisation» s'est félicité Thierry Roquefeuil. Les pouvoirs publics s'engagent également à demander à BPI France de travailler en partenariat avec les banques.

Objectif : obtenir des garanties bancaires et soutenir les investissements des exploitations laitières, en machine à traire et stockage du lait notamment. La FNPL estime entre 800 millions et 1 milliard d'euros le besoin d'investissements pour lesquels trois banques, le Crédit agricole, le Crédit mutuel et le groupe BPCE, ont promis de se mobiliser.

Un logo pour l'image

Côté assurance, Groupama et Pacifica Crédit agricole se sont engagés pour leur part à dégager des moyens techniques et financiers pour développer l'assurance fourrage. Le dossier est en bonne voie. Stéphane Le Foll a promis «qu'un contrat socle devrait voir le jour d'ici l'été 2015». En attendant des évolutions favorables en ce sens à Bruxelles.

L'APCA a promis d'intégrer un volet «suivi des volumes laitiers produits» dans l'observatoire de l'installation «afin de connaître la typologie des nouvelles exploitations laitières».

Quant à Vivea, l'organisme de formation des agriculteurs, il s'est engagé à optimiser les offres de formation pour les producteurs de lait. La présidente, Christiane Lambert, a annoncé la mobilisation de 2 millions d'euros dans ce sens. Enfin, dernier engagement de la filière, la mise en place d'un logo «lait collecté et conditionné en France» pour promouvoir auprès des consommateurs la production française. Il sera visible progressivement sur les emballages au premier semestre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui