L'Oise Agricole 11 juin 2015 à 08h00 | Par Ludivine Traen

Le SRCE et la cartographie des cours d'eau

La semaine dernière les délégués des sections défense de l'espace rural et environnement de la FDSEA se sont réunis autour de deux sujets de réflexion : SRCE et cartographie des cours d'eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L'Oise Agricole

Le SRCE (schéma régional de cohérence écologique) de Picardie, nouvel outil d'aménagement en préparation depuis plusieurs années, doit permettre la mise en oeuvre de la trame verte et bleue dans notre région. Ce document, support de la lutte contre la perte de biodiversité, est élaboré, mis à jour et suivi par l'État et la Région (en association avec le Comité trame verte et bleue).

Après avoir été mis en consultation administrative où il a reçu une majorité d'avis défavorables de la part des communautés de communes et du Conseil départementale de l'Oise, il sera soumis à l'enquête publique à partir du 15 juin pour une durée d'un mois.

Lors de la réunion des sections défense de l'espace rural et environnement de la FDSEA, un exposé des problématiques théoriques et concrètes qui pourraient être engendrées par le document a été fait par Ludivine Traën de la FDSEA de l'Oise et par Franck Pia, de la Chambre d'agriculture de l'Oise.

à la suite de ces explications, les membres des sections ont pu se positionner sur cette enquête publique qui arrive à grand pas, à laquelle toute la population est appelée à participer. Dont les agriculteurs, directement concernés sur leurs territoires sur ce qui va traduire par un nouveau zonage. Le bilan est clair : la méthodologie choisie pour réaliser ce document-cadre ne reflète pas la réalité. «Une modélisation de la nature sans vérification du terrain» commente Bruno Haas.

Encore quelques corridors qui ne relient pas deux réservoirs ou encore l'article L371-1 du Code de l'environnement qui indique que «les corridors écologiques sont constitués des espaces naturels ou semi-naturels [...] et les réservoirs de biodiversité d'espaces naturels». Or, les terres agricoles, travaillées par l'homme, ne correspondent à aucun de ces critères. Qui mieux que les agriculteurs, acteurs des territoires, pour révéler ces incohérences ?

 

Les cours d'eau

Après l'annonce en avril par le ministère de l'Écologie d'établir une cartographie locale des cours d'eau, des guides pratiques d'entretien des cours d'eau pour les propriétaires riverains et une charte contrôleur-contrôlé, les sections ont travaillé sur la définition du cours d'eau. Notamment sur la version actuellement inscrite dans le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité. L'occasion de faire le point sur le travail déjà effectué par la charte et sa mise en pratique et celui restant à faire : l'inventaire des cours d'eau.

L'apport de l'agriculture aux consultations publiques, outils aujourd'hui peu connus mais essentiels pour se faire entendre, a aussi été évoqué.

 

- © L'oise agricole

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui