L'Oise Agricole 28 novembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Leduc

CER France 60 : situation assainie

Début 2013, l’audit réalisé après une période de turbulences au sein de CER France 60 avait conclu à l’absolue nécessité d’un rééquilibrage des comptes. L’objectif est déjà atteint et ce centre de gestion a retrouvé sa dynamique de développement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Oise Agricole

C’est ce qui a été présenté lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée jeudi dernier 20 novembre dans la salle Pommery à Clermont, par la nouvelle équipe mise en place l’an dernier. Jean-Michel Decherf a rappelé la difficile restructuration qu’il a fallu assumer, avec le départ volontaire ou forcé de 17 collaborateurs dont le directeur, et le travail réalisé grâce à une mutualisation des moyens au sein du réseau CERFrance, en lien en particulier avec celui de la Somme. «Il fallait remettre le CER France 60 en ordre de marche : objectif atteint», disait le président.

Non seulement l’exercice clos au 30 juin 2014 montre un retour à l’équilibre, mais un programme nouveau de développement est déjà en cours d’application.

La saine gestion prévisionnelle décidée par la nouvelle équipe permet de retrouver une dynamique, avec de nouvelles offres de services à l’intention de l’ensemble des clients, expliquait Jean-Michel Decherf.

Le directeur général, Olivier Taisne (qui est également directeur du CER France Somme), a présenté les comptes de l’exercice écoulé, qui se sont soldés par un résultat net positif de 52.600 € ; les produits d’exploitation ont été relativement stables, à un peu plus de 10 millions d’euros, malgré une légère diminution des prestations particulières, et il y a eu baisse des charges, surtout sur la masse salariale et les achats ou prestations extérieures. L’endettement fournisseurs a été soldé et la cession d’un immeuble à Tillé a permis aussi de reconstituer son fonds de roulement, ramenant le centre en régime de croisière.

Un objectif «prudent et réaliste» pour «un modèle économique cohérent» est fixé, expliquait Olivier Taisne : le projet de budget 2014-2015 prévoit la stabilité des produits d’exploitation, avec une croissance d’activité et un ratio normal de rentabilité, à plus de 1,5 % du total produits.

 

Davantage de services aux adhérents

Stéphane Willekens, directeur adjoint, a présenté l’évolution des activités. Il y a eu des départs de clients pendant l’année 2013, mais le renforcement des compétences a d’abord stabilisé les activités avant d’insuffler de nouveaux développements.

Le parc informatique est en cours de renouvellement et pour la gestion du système, un recentrage a été fait sur les outils Isagri.

Le centre compte désormais 150 collaborateurs (contre 161 auparavant), des embauches ayant permis de renforcer les compétences dans les domaines juridiques et fiscaux et du conseil personnalisé, en gestion d’entreprise ou de patrimoine en particulier. Dans un contexte concurrentiel, le CER France 60 cherche à être plus performant et plus réactif.

Plusieurs projets sont ou seront proposés aux adhérents, dont la saisie par internet, avant l’automatisation par transmission et numérisation de l’ensemble des données, et le bureau en ligne : les adhérents du CER France 60 vont bénéficier prochainement de l’arrivée de la nouvelle génération de CER France Connect, un extranet qui met à la disposition de chaque adhérent l’historique de son dossier et toutes informations utiles, dont l’évolution des réglementations.

Le président délégué, Vincent Loisel, insistait sur l’importance de la formation et la diversité de l’offre qui est faite, en matière de comptabilité-gestion, de réglementation dans tous les domaines, dont tout ce qui touche à l’environnement, le travail et la main-d’œuvre, ou encore la gestion patrimoniale... Ces formations sont proposées par le CGA (centre de gestion agréé) Picardie-Nor-Est-Île-de-France, qui résulte d’une fusion opérée en mai dernier entre les CGA Nord-Est-Île-de-France et Picardie-Île-de-France.

Vincent Loisel rappelait que la formation est proposée à un coût très limité : 29 € par jour et par personne pour la première journée entière, déjeuner compris, et hors crédit d’impôt.

La satisfaction du client

Le métier premier reste celui de la comptabilité. Mais l’offre de services est complétée avec la recherche d’un bon rapport qualité/prix, disait Jean-Michel Decherf. L’objectif recherché est aussi la satisfaction des clients, dans leur diversité, afin de répondre à leurs attentes. Une étude de satisfaction a été faite par internet à la fin de l’été dernier et les retours montrent une image positive perçue par les clients, qui se disent globalement satisfaits du service.

Message reçu ! Le conseil de gestion est donc remis comme priorité. Jean-Michel Decherf rappelait d’ailleurs la nécessité de l’analyse, pour tout chef d’exploitation ou d’entreprise, surtout dans un contexte de volatilité des prix.

Cette année 2014 confirme plus que jamais la nécessité des budgets prévisionnels et des plans de trésorerie, car la forte de baisse des prix se traduit par une baisse des marges et des EBE qui ne couvriront pas toujours les charges.

A cela s’ajoute le fait qu’après deux bonnes années, il y a un contrecoup sur les charges fiscales et sociales. Mais, en cette période de récession économique globale, il appelait les agriculteurs à garder espoir et à continuer d’avoir envie d’entreprendre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,