L'Oise Agricole 06 août 2014 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Prix des terres dans l'Oise : 3e année de forte hausse

Les analyses des transactions réalisées par les Safer montrent une hausse de 6,2% pour les biens libres et 4,3% pour les biens loués.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Fabrice Couvreur, CA 60

Le marché foncier rural a été stable en 2013, tant en nombre de transactions qu'en surfaces. Les agriculteurs restent les acheteurs principaux, pour les 2/3 des surfaces ; on remarque d'ailleurs moins d'achats de terres agricoles ou de prairies par des non-agriculteurs, bien que l'on assiste de plus en plus à des achats réalisés par des personnes morales.

Le marché de biens agricoles a été de 331.264 ha, dont 15.200 en vignes. Le niveau de prix moyen national s'est établi l'an dernier à 5.750 EUR/ha pour des biens non bâtis libres et 4.240 EUR/ha pour des biens loués. Mais les prix affichent une grande disparité, à partir de moins de 3.500 EUR/ha (en Franche-Comté, Bourgogne, Pays de la Loire...) à plus de 6.500 EUR (comme dans l'Oise) pour les biens libres, et de moins de 3.000 à plus de 5.000 EUR/ha (comme dans les 3 départements picards) pour les biens loués.

Quatre régions, dont la Haute-Normandie, enregistrent une hausse moyenne des prix de vente de plus de 10 % en 2013 par rapport à 2012.

 

En Picardie

L'année 2013 est marquée par la progression généralisée des valeurs dans les trois départements picards. Elle est néanmoins moins marquée dans la Somme, dont le prix des terres libres gagne 3 %, désormais négocié en moyenne à 9.050 euros/ha. La hausse est notamment tempérée par la baisse des prix de 8 % enregistrée sur le Plateau picard.

Dans l'Oise, le mouvement de rattrapage initié en 2012 se confirme en 2013 : les terres y gagnent encore 8 %, soit + 40 % en 3 ans, et sont désormais négociées à un prix supérieur à celui de la Somme. à un niveau moindre, le prix des terres dans l'Aisne progresse tout de même de 7 % en 2013 pour s'établir à 7.850 euros/ha ; le prix moyen du Saint-Quentinois et Laonnois et de la Champagne crayeuse, déjà élevé pour le département, s'envole notamment de 14 %.

Sur le marché des terres louées, après la hausse généralisée de 3 % observée en 2012, la progression s'accentue dans les départements de l'Aisne et de l'Oise (+ 6 %).

Les trois départements affichent au final des valeurs très proches, autour de 5.300 euros/ha de terres ou de prairies non bâties.

Le marché foncier reste un marché très fermé, avec une forte concurrence due à la rareté des transactions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui