L'Oise Agricole 09 avril 2014 à 09h57 | Par L'Oise Agricole

Environnement - Ségolène Royal pour une remise à plat de l'écotaxe

La nouvelle ministre de l'Ecologie a pris ses fonctions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vers une suppression de l'écotaxe ?
Vers une suppression de l'écotaxe ? - © L'Oise Agricole

"Je veux faire de la France, le premier pays écologique de l’Europe». C'est ce qu'a déclaré Ségolène Royal en prenant ses fonctions au ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, le 2 avril. 22 ans, jour pour jour, après son premier passage au ministère de l’Environnement sous le gouvernement Bérégovoy, la nouvelle ministre s’est contentée de généralités sur le programme qu’elle entend mener.

Certes, elle a évoqué «le progrès écologique», qu’elle associe à la reconquête de la biodiversité et à la trame verte et bleue. Mais elle a surtout rappelé son engagement en faveur de l’écologie en tant que présidente de la région Poitou-Charentes avec le lancement du plan méthanisation et le soutien à la voiture électrique. «Le défi écologique est un formidable levier pour la croissance verte et l’emploi», a-t-elle résumé.

Face à l’offensive des Bonnets rouges et devant les vigoureuses protestations des organisations professionnelles agricoles Jean- Marc Ayrault avait annoncé une «suspension» de l’écotaxe, en octobre dernier. Mais sans préciser qu’il s’agissait d’un abandon pur et simple. Ségolène Royal est allée plus loin en évoquant «une remise à plat», le 3 avril à Poitiers. Ce qui ressemble, aujourd’hui, à un enterrement. «Les Français ont déjà payé beaucoup d’impôts supplémentaires, l’écotaxe est un impôt (…), l’écologie ne doit pas être punitive et on ne doit pas taxer des gens s’ils n’ont pas le choix de prendre le transport propre», a-t-elle précisé. «Nous devons regarder quelles sont les autres possibilités que nous avons pour dégager des financements», a-telle poursuivi, les ressources dégagées par l’écotaxe devant être affectées au financement d’infrastructures plus propres (chemin de fer, canaux).
De façon plus prudente, Ségolène Royal s’est montré aussi favorable à un réexamen de la politique concernant les gaz de schiste, «tout en prenant le temps de l’écoute et de l’expertise sur le sujet».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui