L'Oise Agricole 13 février 2015 à 08h00 | Par Assiétou Diop

Plants de pomme de terre : l'innovation permanente

Le Comité Nord Plants met l'accent sur la recherche pour maintenir une qualité d'excellence gage de la compétitivité de la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les travaux de recherche sont axés sur l'amélioration de la qualité des plants et la création de nouvelles variétés.
Les travaux de recherche sont axés sur l'amélioration de la qualité des plants et la création de nouvelles variétés. - © Christian Gloria

La production de plants de pommes de terre est en expansion dans la région. Elle profite en effet d'une réputation d'excellente qualité. Et le travail accompli par le Comité Nord Plants(*) est à cet égard déterminant. «Nous sommes un maillon essentiel et indispensable de la filière pommes de terre. Nous sommes en phase avec l'Etat, et notamment avec la Dgal (**), pour fournir une qualité irréprochable et un savoir-faire français reconnu», a souligné Jean-François Roussel, président du Comité Nord Plants, lors de l'assemblée générale qui s'est déroulée à Amiens le 29 janvier dernier.

Des compétences fortes en création variétale

Les activités du Comité en matière de création variétale ont permis d'inscrire cinq nouvelles variétés dans le catalogue officiel au cours de la campagne 2013-2014, pour la fécule, la consommation ou encore la production de frites. En 2014, 187 variétés ont été produites, ce qui en fait une année record, et la tendance devrait être un peu à la baisse cette année.

411.500 boutures ont été produites, soit 30 % de plus que l'année précédente, et le Comité Nord a inauguré sept nouveaux sites de production de boutures. Ce sont au total 11.483 hectares de plants qui ont été agréés par le Comité sur la campagne 2013-2014, dont 6 849 hectares de plants de «classe A».

Trois nouveaux agréments ont d'ailleurs été obtenus en 2013, notamment celui qui confère au Comité Nord la possibilité de détenir et de manipuler des organismes de quarantaine grâce à des locaux déclarés de niveau de confinement "3" depuis avril 2014. Il en résulte d'importants avantages concurrentiels ainsi qu'une légitimité renforcée dans le domaine de la recherche. Enfin, le Comité Nord a déposé une demande d'agrément auprès de la Dgal pour analyser les sols dans le cadre de la lutte contre la rhizomanie. De plus, les intervenants à cette assemblée se sont félicités de la reconnaissance européenne des OP (organisations de producteurs et des interprofessions de la filière.

C'est la volonté de renforcer les activités de recherche qui a conduità la création de cette EURL en 2011 dont le membre unique est le Comité Nord. Les activités de la Sipre portent sur quatre domaines : la création variétale, le biocontrôle, la décontamination de l'eau et la valorisation des co-produits. Une dizaine de postes de doctorants et d'ingénieurs d'études sont actuellement financés.

L'accent a été mis sur le développement des connaissances en matière de biocontrôle, principalement pour anticiper l'apparition des symptômes et développer des moyens de luttes contre les deux maladies majeures que sont la jambe noire et la pourriture molle.

Enfin, le Comité mise sur le développement de ses collaborations à l'étranger, notamment au travers du programme «Agriculture et agri-Food Canada» ou encore par les essais conduits dans de nombreux pays (Royaume-Uni, Turquie, Nicaragua...). Le soutien financier et diplomatique apporté par France-AgriMer permet d'ailleurs de renforcer les exportations de plants.

Quelques perspectives

La révision en 2013 de la directive européenne sur la commercialisation et sa transposition en France en 2014, va entraîner des changements importants cette année. Il faudra notamment s'adapter aux nouvelles appellations qui composent le schéma généalogique. Le Comité Nord souhaite développer la production de pommes de terre fécules en intégrant l'évolution du paysage industriel (restructuration des coopératives qui approvisionnent les féculeries Téréos-Syral et Roquette). Il vise également à maintenir la qualité de son matériel «in vitro» ou encore à développer ses prestations de recherche par l'intermédiaire de la Sipre et de la Rd3pt. Enfin, la pérennisation des relations producteurs/collecteurs et la poursuite d'un management participatif font également partie des objectifs de l'association.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui