L'Oise Agricole 02 octobre 2014 à 08h00 | Par OA

Une charte pour les œufs «pondus en France»

Le Comité national de la promotion de l’œuf veut valoriser l'expertise des professionnels de la filière à tous les stades de la production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Stéphanie Leitenberger

Les professionnels de la filière œuf,de l’alimentation animale au conditionnement en passant par l’accouvage et l’élevage ont signé la charte d’engagement «œufs pon-COMMERCE 80 000 tonnes de porcet 50 000 tonnes de boeuf canadien pourront entrer sans droits de douane.Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso,France / Europe.Une charte pour les œufs «pondus en France» dus en France». La mention devrait faire apparaître sur les boites vendues au consommateur dans les semaines qui viennent. Initiée parle Comité national de la promotion de l’œuf (Cnpo) cette charte vise à valoriser le savoir-faire et l’excellence de la production française. En signant cette charte, les professionnels s’engagent sur neuf points clé de la production d’œufs,de la naissance des poules à la mise à disposition des œufs aux consommateurs. Ainsi, les poules doivent être nées et élevées en France.

Normes bien-être parmi les plus strictes

Leur alimentation doit être tracée et contrôlée. La qualité et la sécu-rité des aliments est garantie par la certification Oqualim et les éleveurs doivent contrôler une fois par an la qualité de l’eau de boisson mise à la disposition des poules. Et pour ce qui est des normes de bien-être, les professionnels s’engagent à respecter les normes de «parmi les plus strictes du monde»,insiste Philippe Juven, le présidentdu CNPO.

Idem pour la réglementation sanitaire : les poules ne reçoivent pas de médicaments dans le cadre de leur alimentation quotidienne sauf s’ils sont prescrits par un vétérinaire pour soigner un animal malade. Autre engagement : la préservation de l’environnement grâce à une gestion responsable de l’eau et de l’énergie et des fientes.Comme tous les œufs, les «œufs pondus en France» sont nécessairement issus de quatre types d’élevage : les élevages en cages qui alimentent 60 % du marché, les élevages plein et label rouge (29 %), les élevages biologiques (8 %) et les élevages au sol (3 %). Dans un marché qui reste en croissance (+1,9 % sur huit mois 2014),ce sont les œufs plein air qui sont les plus dynamiques avec une hausse des achats des ménages de13,1 % alors que les œufs biologiques restent relativement stables(+ 0,5 %) et que les œufs standards enregistrent une légère régression(-1,6 %).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui