L'Oise Agricole 09 novembre 2017 à 08h00 | Par Vincent Fermon

Une appli pour limiter le Gaspi

L’application Food Life s’adresse à la fois aux enseignes de la grande distribution alimentaire, aux associations et aux bénéficiaires de l’aide alimentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gaspillage alimentaire : l’application Food Life a été lancée lundi, au siège du Conseil régional des Hauts-de-France, avec la participation de son président Xavier Bertrand (au centre), l’entrepreneur du web Marc Simoncini, l’élu Arash Derambarsh, et Régis Degelcke, représentant le groupe Auchan.
Gaspillage alimentaire : l’application Food Life a été lancée lundi, au siège du Conseil régional des Hauts-de-France, avec la participation de son président Xavier Bertrand (au centre), l’entrepreneur du web Marc Simoncini, l’élu Arash Derambarsh, et Régis Degelcke, représentant le groupe Auchan. - © Agence de presse

Depuis le vote de la loi contre le gaspillage alimentaire, le 3 février 2016, on estime à plus de dix millions le nombre de repas servis aux démunis par le biais de l’aide alimentaire. Lancée lundi au siège du conseil régional des Hauts-de-France, l’application «Food Life» vise à faciliter le don des invendus des grandes surfaces en les répertoriant sur une carte interactive, accessible aux associations en charge de l’aide alimentaire et leurs bénéficiaires.

L’application a été lancée le 16 octobre à Lille, à l’occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire et de la journée mondiale de l’alimentation.

2,3 millions de tonnes d’invendus par les GMS

Derrière le projet Food Life, on retrouve l’élu de Courbevoie, Arash Derambarsh, et Marc Simoncini. Si l’un s’est fait connaître pour son engagement contre le gaspillage alimentaire - il revendique notamment la paternité de la loi de 2016 -, l’autre est un chef d’entreprise spécialisé dans le numérique, fondateur du site de rencontres Meetic.

Les chiffres autour du gaspillage alimentaire donnent quant à eux le tournis. Selon la FAO, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont jetées ou perdues chaque année dans le monde, ce qui correspond à un tiers des aliments produits. Les quantités non consommées chaque année en Europe permettraient à elles seules de nourrir environ un milliard de personnes, soit l’équivalent des personnes qui souffrent de malnutrition dans le monde.

En France, on estime que le secteur de la distribution alimentaire produit 2,3 millions de tonnes de déchets qui s’ajoutent au 1,6 million de tonnes produites par la restauration hors foyer et 5,2 millions de tonnes des ménages.

Depuis un peu plus d’an an, la loi contre le gaspillage alimentaire impose aux supermarchés de donner leurs invendus consommables à une association de leur choix, pour permettre ensuite leur redistribution. En cas de refus d’une enseigne, celle-ci s’expose à une peine d’amende de 3 750 euros.

Une carte intéractive

Concrètement, Food Life permet de retrouver sur une carte virtuelle interactive tous les supermarchés ayant des invendus. Il suffit ensuite de cliquer sur l’enseigne de son choix afin de connaître ses disponibilités, ainsi que les coordonnées des associations habilitées avec lesquelles il collabore. L’application est en outre accessible gratuitement.

Si aucune information sur l’une ou l’autre enseigne n’est intégrée, cela signifie que soit le supermarché n’a toujours pas intégré les informations concernant ses invendus, soit qu’il n’a pas contracté de partenariat avec une association d’aide alimentaire. Aujourd’hui, la plateforme Food Life est encore «un peu vide», constate Arash Derambarsh, «mais nous comptons sur les grandes surfaces pour l’alimenter».

Parmi ces enseignes, le groupe nordiste Auchan participait volontiers au lancement de Food Life, lundi. «La lutte contre le gaspillage alimentaire est pour nous un vrai sujet, a rappelé Régis Degelcke, à la tête du groupe Auchan. Si on peut résoudre une partie du gaspillage par le don, il faut le faire, mais pour cela, il faut qu’il y ait une organisation».

Le groupe de distribution alimentaire qui a ses origines dans le Nord, affirme «ne pas avoir attendu une loi pour s’intéresser à la gestion des invendus, poursuit M. Degelcke. Depuis 2003, nous avons édité un guide pour faciliter les choses et notre politique en la matière s’accentue depuis 2007».

Un guide pour le don agricole «de A à Z»

Pour répondre à l’appel des associations d’aide alimentaire qui expriment leurs besoins croissants de dons en nature, l’association Solaal, les chambres d’agriculture et l’Association des maires ruraux de France publient le guide Le don agricole de A à Z - Quand les agriculteurs contribuent à l’aide alimentaire dans le cadre des actions menées pour lutter conte le gaspillage alimentaire. Ce guide s’adresse aux agriculteurs, coopératives mais aussi à l’ensemble des acteurs qui souhaitent s’engager : salariés des syndicats agricoles, des Chambres d’agriculture ; les entreprises partenaires du secteur agricole ; les marchés de gros ; les associations d’aide alimentaire, les pôles d’insertion, les Esat. Il s’adresse également aux élus territoriaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui