L'Oise Agricole 21 décembre 2017 à 08h00 | Par Dorian Alinaghi

Un plat de Noël digne de foi

C’est sur les berges de la Noye que Delphine Mahieus, productrice de foie gras, voit son activité doubler avant les fêtes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Delphine Mahieus, à Paillard dans l’Oise, s’investit pleinement dans ce produit phare de Noël.
Delphine Mahieus, à Paillard dans l’Oise, s’investit pleinement dans ce produit phare de Noël. - © Dorian Alinaghi

Malgré la crise de la grippe aviaire, ce plat mythique de Noël sera bel et bien présent sur la table du réveillon. Il s’agit évidemment du foie gras. Un poil plus cher, ce mets ne subit pas la pénurie : au contraire, les producteurs locaux ont tout prévu et pensent même que c’est une très bonne année. «Pour moi, c’est une première car j’ai gavé 130 canards. Ce n’était pas prévu que je fasse un tel travail vu la demande. Il y a une forte affluence cette année, cela fait plusieurs semaines que les ventes se font non-stop. Je refuse même parfois de vendre du foie gras. Durant la période des fêtes, en une semaine, je fais la moitié de mon chiffre d’affaire avec tous mes produits en comptant le foie gras.» explique Delphine Mahieus.

Outre ses produits de foie gras frais ou cuits, le magasin est garni de différents produits de la ferme comme des volailles fraîches, de la pintade, des plats cuisinés, des confits, des terrines, des paniers garnis, mais aussi de produit annexes comme les œufs, du miel, des légumes, de la confiture et des gelées, des endives, des confits de poire, des oignons, du vinaigre. Tout un ensemble pour bien fêter les vacances d’hiver.

Gardez la foi… gras

Delphine Mahieus est entrée dans la ferme en démarrant une nouvelle forme de vente grâce à des marchés et du développement à la ferme. «J’ai repris l’exploitation familiale en 2015, ma mère est installée à Paillard depuis 1972 et nous faisons du foie gras depuis 1990. J’ai choisi cette voie-là car mon frère faisait des études à l’Isab et des amis à lui devaient travailler sur une étude concernant l’évolution d’un produit : de la création jusqu’à la vente. Du coup, c’est tombé sur le foie gras et ils sont venus le confectionner chez nous. Dès lors que j’ai vu ces jeunes réussir à créer ce produit, je me suis demandé pourquoi pas moi. J’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de demande et mes produits plaisent car les consommateurs viennent d’assez loin pour se procurer mon foie gras.» souligne-t-elle.

Un foie à tout épreuve

Ayant un mari agriculteur, les revenus du foie gras ont permis de limiter la casse due à la mauvaise moisson 2016. Mais la production de foie gras n’est pas de tout repos : «la difficulté que l’on rencontre, c’est le manque de main-d’œuvre. Ma mère et mon mari m’aident tout le temps. Il y a également le fait de respecter les nombreuses normes. C’est aussi un travail assez fatiguant, il faut savoir garder un rythme d’octobre à fin décembre. Il faut aussi prendre soin de nos animaux. Dès lors que mon travail se termine, je suis à plein temps sur l’exploitation de mon mari. Mais l’avantage, c’est que l’on fait des rencontres, on échange et on discute avec les consommateurs et cela permet d’ouvrir d’autres horizons. Ce côté social est très important.»

Sans compter la vente au magasin, le foie gras et les autres produits sont aussi disponibles via des plateformes comme La ruche qui dit oui de Beauvais, de Clermont, de Bailleul-sur-Thérain et de Maisoncelle-Saint-Pierre.

Mais il est également prévu l’arrivée d’un distributeur automatique en mars 2018 pour faciliter l’approvisionnement des consommateurs en produits locaux lors de l’absence de Delphine Mahieus. En clair, ceux qui s’y prennent à la dernière minute auront peut-être du mal à mettre la main sur un bloc de foie gras. Ma foi ! ce plat reste inévitable pour passer de bonnes fêtes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui