L'Oise Agricole 23 mars 2017 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Suivi des animaux dans les forêts domaniales picardes

Bien gérer une forêt, c’est s’occuper des arbres et aussi suivre l’évolution de ses habitants naturels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis

Pour rechercher l’équilibre sylvo-cynégétique, les forestiers de l’ONF suivent les animaux pour relever deux indices dans les forêts domaniales de Picardie pendant ce mois de mars 2017.

 

Un protocole de suivi bien défini

Le même protocole est appliqué depuis 30 ans afin de suivre l’évolution de l’indice de consommation et de l’indice nocturne d’abondance d’une année sur l’autre.

Quatre véhicules sillonnent en même temps les forêts selon des itinéraires fixes et reproduits à l’identique chaque année. Les circuits sont parcourus trois à quatre fois, à une semaine d’intervalle, par une équipe comprenant un chauffeur, un compteur et deux éclaireurs munis de projecteurs.

Le relevé de ces indices complète le dispositif de suivi et permet d’adapter les plans de chasse, à la hausse ou à la baisse, pour retrouver une population d’animaux qui permettent le renouvellement de la forêt dans des conditions acceptables.

Sous l’égide de l’ONF, acteurs cynégétiques, services de l’État, associations se retrouvent pour de nombreuses soirées d’observation.

Elles se déroulent tout au long du mois de mars dans les différents massifs picards.

 

L’équilibre forêt-gibier, enjeu majeur de l’ONF

Cet équilibre est fondamental pour préserver la vitalité et la pérennité des forêts. Présents en trop grand nombre, cerfs, chevreuils ou sangliers compromettent le renouvellement en consommant les jeunes semis et les fruits et peuvent dégrader la biodiversité.

Les répercussions de ce déséquilibre dépassent le strict cadre des forêts : dégâts agricoles, accidents routiers, risque accru d’échanges infectieux entre animaux domestiques et sauvages (tuberculose, etc.), transmission de maladies à l’homme (Lyme, etc.).

En l’absence de prédateurs naturels, la chasse est le seul mode de régulation des animaux sauvages. La chasse est partie prenante de la gestion durable des forêts car elle contribue à la conservation des écosystèmes forestiers et au développement de leur biodiversité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui