L'Oise Agricole 23 janvier 2014 à 08h00 | Par Hervé Colin

Sénalia en première ligne pour la qualité des blés

La traditionnelle réunion d’information du groupe Sénalia s’est déroulée à Paris le 10 janvier. L’exercice 2012 s’est révélé plutôt bon pour le groupe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le groupe Sénalia, plaque tournante de l’exportation de grains depuis le port de Rouen, organise chaque année à pareille époque une réunion d’information qui fait suite à l’assemblée générale du groupe présidé jusque là par Jean-Jacques Vorimore. Ainsi, le 10 janvier, la grande salle de réunion du palais Brongniart à Paris a servi de cadre à cette réunion où se retrouvent tous les opérateurs professionnels de l’hinterland rouennais. Si l’exercice financier du groupe s’est révélé très correct pour 2012, la qualité des blés exportables continue d’alimenter les débats.

«La qualité a été au centre de toutes nos attentions», a relevé d’entrée Jean-Jacques Vorimore dans son discours. Après avoir rappelé que la décision prise par Sénalia début août 2012 d’imposer une qualité minimum à la livraison sur le critère du temps de chute de Hagberg a permis de préserver l’image des blés français, le président a précisé que cette alerte qualité a conduit l’interprofession sur la voie «d’un plan d’amélioration des protéines de nos blés».

 

Rapport qualité prix

Et le président de poursuivre : «il faut aussi alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de ne pas infliger aux producteurs de contraintes abusives, a-t-il pointé. «existe aujourd’hui des moyens pour produire quantité et qualité, tout en respectant l’environnement. Les pouvoirs publics et l’opinion doivent reconnaître nos efforts en la matière. Un effort de qualité s’impose, en particulier sur les blés, pour garder nos parts de marché. N’oublions jamais que la qualité, c’est l’accès au marché».

Sur ce thème, le groupe Sénalia a organisé une table ronde à laquelle était invité à participer Chakib Alj, le président de la Fédération interprofessionnelle des activités céréalières du Maroc. Après avoir brossé le portrait de la filière marocaine, il a posé les choses clairement : «La baisse de qualité du blé français me fait réagir. J’ai connu 70 % d’importations françaises, les autres origines, on appelait ça du blé exotique… Mais depuis quelques années, l’Ukraine ou la Russie ont amélioré leurs capacités d’exportation. Maintenant, nous n’importons qu’en fonction du rapport qualité/prix.»

Mais la qualité pour Sénalia est aussi ce qui se voit de l’extérieur. Le projet d’embellissement des silos sur le port de Rouen est bien avancé, un projet a été retenu. Les édifices se verraient ainsi parés de miroirs ainsi que de points lumineux capables d’afficher des données… De quoi animer les façades de jour comme de nuit.

Par ailleurs, et suite aux fissures apparues en 2012, les travaux de réfection des cellules sont en voie d’achèvement.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui