L'Oise Agricole 16 octobre 2014 à 08h00 | Par Oise Agricole

Ségolène Royalsuspend l’écotaxe"sine die"

Les organisationsprofessionnelles, dontla Fnsea et les JA, ontexprimé leursoulagement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Fini ou pas fini ? Après une phaserapide d’expérimentation et une nouvelle concertation avec les professionnels concernés, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal s’est laissée convaincre, sans mal, de suspendre sine die l’écotaxe envisagée naguère par le Grenelle de l’environnement et conçue par le gouvernement Fillon.

Elle préfère envisager un prélèvement sur les bénéfices des sociétés routières,comparant les quelques centaines de millions d’euros que rapporterait l’écotaxe aux 15 milliards d’euros de bénéfices réalisés par les sociétés d’autoroute, pour l’essentiel redistribués aux actionnaires. Et Ségolène Royal de remarquer que ces actionnaires sont principalementdes constructeurs routiers qui bénéficieront de toute façon des travaux engagés grâce au financement des infrastructures routières.

La ministre privilégiait depuis longtemps une formule de ce type. La dernière concertation et l’expérimentation lui ont permis de constater que les entreprises routières et leurs commanditaires, alors même qu’elles sont dans une situation difficile, devraient revoir entièrement leur informatique logistique et équiper leurs camions d’instruments de repérage par les portiques installés.

A cela s’ajoute lerisque de pénaliser avant tout des secteurs qui, comme l’agriculture et l’agroalimentaire, transportent des produits lourds et volumineux,à faible valeur ajoutée. ExpérimentationIl suffisait que les sociétés d’auto-route annoncent, quelques jours avant, leurs résultats financiers records pour que les routiers montent au créneau et envisagent une grève générale : sur 100 euros depéage aux autoroutes, explique ségolène Royal, 22 euros passent dans la poche des actionnaires…

Les réactions ont fusé. Déceptions et critiques des écologistes mais surtout soulagement des milieux économiques. en particulier, la Fnsea, dans un communiqué intitulé «Point final». «Pendant plus de deux ans, écrivent les centrales syndicales, de concertations enauditions et discussions, tous les arguments ont été dits et redits,et la patience s’usait au fur et àmesure que l’exaspération des agriculteurs grandissait». Pour la Fnsea et JA, aujourd’hui «le bon sens prévaut». Une décision qu’elles «veulent croire définitive».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui