L'Oise Agricole 21 août 2014 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Russie : l'enjeu agricole de l'embargo

Le conflit politique en Ukraine se déplace sur le terrain agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les importations agricoles et agroalimentaires russes s’élèventà 12 milliards d’euros par an.
Les importations agricoles et agroalimentaires russes s’élèventà 12 milliards d’euros par an. - © Nicole Ouvrard

Sur fond de crise Ukrainienne, et en représailles aux sanctions économiques internationales, la Russie a décrété un «embargo total» sur la plupart des produits alimentaires en provenance notamment des pays d'Europe et des États-Unis en réponse aux sanctions occidentales à l'encontre de Moscou, a annoncé le 7 août le Premier ministre russe Dmitri Medvedev dans une intervention télévisée.

Cette interdiction d'importation, d'une durée d'un an, concerne le boeuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, les légumes et les fruits en provenance des États-Unis, de l'Union européenne, de l'Australie, du Canada et de la Norvège. Cette interdiction pourra toutefois être levée si «nos partenaires font preuve d'une approche constructive », a déclaré M. Medvedev.

Les réactions ont été vives dans les secteurs concernés, ce qui traduit une forte dépendance des marchés aux importations russes.

12 milliards d’euros à l’échelle européenne

En effet, 10% des exportations agroalimentaires de l’UE vont vers la Russie, pour un montant de 12 milliards d'euros par an. Fruits frais, fromages et porcs représentent chacun un volume d'affaires d'un milliard d'euros environ. Ce sont avec les légumes (770 millions) les marchandises qui constituent les principales importations alimentaires d'Europe avec les vins et spiritueux (1,5 milliard euros).

En viande bovine, la contribution de l'UE était déjà en net recul depuis 2013 (moins de 50 000 tonnes équivalent carcasse contre 100 000 en 2011 selon l'Institut de l'élevage). Pour les produits laitiers, le Danemark et les Pays-Bas seront les plus exposés. La France a vendu l'an passé pour 119 millions d'euros de produits laitiers à la Russie soit moins de 4% des importations du pays dans ce secteur.

Quant au porc, les exportations européennes ont été totalement suspendues par l'embargo russe décrété le 29 janvier au motif de la peste porcine. L’Union européenne a exporté environ 70 000 t de viandes de volailles vers la Russie en 2013, en baisse de 22% par rapport à 2012.

Au total, Paris a expédié l'an passé 1,17 milliard d'euros de produits agro-alimentaires vers la Russie, dont 450 millions en boissons alcoolisées. 125 millions d’euros débloqués par la Commission Alors que les premiers camions de fruits et légumes étaient bloqués dès le 8 août, la Commission européenne a décidé de débloquer une aide de 125 millions d’euros pour ces filières.

Cette aide doit permettre des retraits indemnisés du marché pour les distributions gratuites, et des compensations pour récolte en vert et non récolte. Le retrait a pour but de réduire les quantités disponibles sur le marché pour éviter une chute des prix. Dans la liste des produits concernés se trouvent les tomates, carottes, choux blancs, poivrons, choux fleurs, concombres, cornichons, champignons, pommes, poires, fruits rouges, raisins de table et kiwis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui