L'Oise Agricole 12 juillet 2017 à 08h00 | Par Laurent Mingam

Rencontre parlementaire

Les députés nouvellement élus prennent le pouls des dossiers agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Laurent Mingam

C’était un engagement pris lors de la campagne : FDSEA et JA ont rencontré, lundi matin, les nouveaux députés élus. S’ils n’étaient pas tous présents, déjà retenus par un agenda parlementaire bien chargé dans le cadre de la session extraordinaire à l’Assemblée Nationale, les députés présents ont été très attentifs aux problématiques soulevées par la FDSEA et JA. Guillaume Chartier, président de la FDSEA, et Frédéric Bisseux, président de JA, ont proposé de renouveler ce rendez-vous de manière régulière à Beauvais pour traiter des dossiers, mais aussi au cours de visites locales, sur des exploitations agricoles, pour pointer du doigt par l’exemple des problématiques précises. Les députés se sont engagés dans cette démarche : «C’est ce dont nous avons besoin pour mieux défendre les dossiers agricoles à Paris, du concret, des témoignages» a souligné Éric Woerth qui était présent avec sa suppléante, Manoëlle Martin, également conseillère régionale des Hauts-de-France.

Pour le jour, il s’agissait de faire connaissance avec les nouveaux élus et de rappeler les grands enjeux agricoles sur le territoire de l’Oise. Mais l’objectif était également d’entrer dans le vif du sujet des textes programmés à l’Assemblée Nationale et des thématiques déjà posée par le gouvernement. La question du canal Seine Nord Europe a ainsi été abordée. «C’est un sujet majeur pour la compétitivité de nos territoires et de nos filières agricoles» a insisté Bernadette Bréhon, secrétaire générale de la FDSEA. Agnès Thill, nouvelle députée élue sous l’étiquette La République en Marche dans la 2e circonscription s’est engagée à «porter ce message auprès du ministre de l’Environnement» et souligné que «notre collègue Carole Bureau-Bonnard (ndlr : député LREM de Noyon et vice-président de l’Assemblée Nationale) est déjà largement mobilisée sur le sujet».

«Il y a urgence…»

Sur le contexte agricole, FDSEA et JA ont souhaité insister sur la nécessaire simplification réglementaire et l’attente forte des agriculteurs sur la «fin des distorsions de concurrence avec nos concurrents conformément aux engagements du candidat Macron» a souligné Régis Desrumaux, secrétaire général de la FDSEA. Alors qu’un projet de loi sur la simplification est prévu, Guillaume Chartier a détaillé les attentes de la profession agricole : droit à l’erreur, rénovation des normes et un vrai processus de simplification allant du diagnostic préalable jusqu’à la considération de la pertinence de toute nouvelle norme et la prise en compte de l’économique, trop souvent oublié. La FDSEA a identifié 53 textes qui, très concrètement, peuvent faire l’objet d’une simplification réglementaire et apporter un plus de compétitivité et moins de contraintes aux exploitations agricoles. «Nous jugerons aux actes concrets», a rappelé Guillaume Chartier. «Et il y a urgence car les agriculteurs souffrent d’un contexte économique particulièrement difficile» a insisté Régis Desrumaux appelant à «faire de la question du prix, de la compétitivité et de la répartition de la valeur ajoutée à chaque maillon des filières la question centrale des États généraux de l’alimentation».

Olivier Pacaud, suppléant d’Olivier Dassault, député LR de la 1re circonscription de l’Oise, et Pierre Vatin, député LR de la 5e circonscription, également présent au cours de cette rencontre, ont souligné qu’ils avaient très clairement senti ces attentes dans leurs rencontres locales auprès des agriculteurs. Engagement est donc pris de part et d’autre de se revoir régulièrement afin de porter les attentes des territoires agricoles de l’Oise et des agriculteurs du département et faire le point sur l’avancement des dossiers.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui