L'Oise Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

Presser des ballots de paille pour isoler les bâtiments

Jean-Pierre Staelens, agriculteur à Balagny-sur-Thérain (60), a été sollicité pour produire des ballots de paille haute densité pour l’isolation d’un bâtiment à Compiègne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Dominique Lapeyre-Cavé

Et pour une excellente raison : il a inventé et mis en place dans son corps de ferme un poste fixe de pressage de fourrages. En effet, Jean-Pierre Staelens a dû abandonner le pressage de paille et de foin en petits ballots car il ne trouvait plus de main-d’œuvre pour les manipuler et il avait donc remisé sa presse petits ballots pour acquérir une presse classique de balles rectangulaires de 400 kg pour son commerce de fourrages. Mais la demande en petits ballots est toujours croissante car Balagny-sur-Thérain n’est pas loin de Chantilly et de ses écuries de course.

C’est ainsi qu’en 2001, Jean-Pierre Staelens a eu l’idée de mettre au point une machine qui transforme les balles de 400 kg en petits ballots. Il a ainsi mis bout à bout un tapis qui amène les grandes balles, une démêleuse qui décompacte la paille avant qu’un tapis roulant ne la transporte jusqu’à la presse petits ballots.

Lesquels petits ballots finissent leur course dans un compacteur qui ficèle plusieurs ballots ensemble afin de les transporter plus facilement.

C’est cette invention qui a intéressé Frédéric Cousin, référent paille grand Nord en éco-construction. En effet, la Fédération française du bâtiment (FFB) avait la volonté de construire à Compiègne un bâtiment pour ses bureaux et de l’isoler avec de la paille. Les ballots sont ainsi mis entre des panneaux de bois pour faire des caissons qui constituent les murs.

Frédéric Cousin cherchait donc des ballots avec des dimensions particulières : 36 cm de hauteur, 46 de largeur avec une densité plus importante que pour un usage agricole. Pour être aux normes d’isolation en vigueur, la densité doit être de 80 à 120 kg/m3, ce qui aboutit à des ballots d’environ 22 kg.

Après plusieurs essais de pressage pour trouver une longueur de ballots qui soit adaptée aux panneaux de bois, Jean-Pierre Staelens a pu fournir 2.500 ballots pour l’isolation des murs et du plafond du bâtiment de la FFB. Sa presse à poste fixe permet d’obtenir des ballots réguliers, dont la densité est constante.

Même si ce type de ballots demande plus de main-d’œuvre et génère plus de pertes, cette opération est intéressante pour l’exploitant agricole.

D’abord, ces ballots sont largement mieux payés mais surtout, ils utilisent une paille standard. cette dernière, en brins longs, est gardée pour les chevaux dont les propriétaires exigent des brins longs et une absence de poussière. Habituellement, cette paille de moindre qualité est vendue pour servir de litière aux bovins, à un prix inférieur.

Au final ; grâce à l’isolation pour l’éco-construction, l’agriculteur trouve un débouché durable et valorisant.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui