L'Oise Agricole 22 décembre 2016 à 08h00 | Par Laurence Goudet-Dupuis

Post-moisson 2016: Valfrance s'adapte

Le lancement de l'outil e-Val et de la structure d'expertise agro-environnementale easi-nov a eu lieu lors de l'assemblée générale de Valfrance le 12 décembre à Meaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Laurence Goudet-Dupuis

C’est avec un bilan de l’exercice 2015-2016, et donc avec les résultats de la moisson 2015, que l’assemblée générale plénière de la coopérative Valfrance a débuté le lundi 12 décembre à Meaux.

Les rendements 2015 ont été globalement au rendez-vous avec une collecte record en blé en hausse d’un peu plus de 28.000 tonnes par rapport à la campagne 2014-2015. Sur le plan qualitatif, la moisson 2015 a été marquée par un taux de protéines décevant sur l’ensemble des productions céréalières et une tendance baissière toute l’année.

Ainsi, dès la mi-novembre, le Matif blé a perdu 50 €/t en cinq mois. 51 % de la collecte ont été valorisés en alimentation animale et sur l’export, la meunerie représente 42 % des débouchés pour les blés 2015. Néamoins, les bons résultats, traduits par une amélioration des ratios financiers de la coopérative, permettent d’aborder un exercice 2016-2017 qui s’annonce compliqué, avec un peu plus de sérénité.

Par ailleurs, la coopérative poursuit son engagement dans la démarche d’amélioration continue Agri Confiance®. Elle a également prolongé la contractualisation pluriannuelle avec la filière blé Mc Donald’s France.

Autre fait marquant de l’exercice : la finalisation des travaux sur le silo de Vaux-le-Pénil, en Seine-et-Marne, avec la mise en place d’une ligne dédiée au stockage des céréales biologiques. Dans le même temps, Valfrance a structuré son organisation dans le bio.

Un an après sa mise en place, un bilan du projet Valfrance a été dressé. Valfrance a structuré ses équipes en deux pôles complémentaires : le pôle aval, dont la mission est de rechercher la meilleure valorisation pour les productions des sociétaires, et le pôle amont, comprenant l’ensemble des activités au service des sociétaires dont l’activité semences.

 

Collecte en baisse de 41%

Valfrance enregistre en 2016 une baisse de 41% de la collecte, soit environ 330.000 tonnes (toutes espèces confondues) qui manqueront par rapport aux années classiques.

La qualité n’est pas non plus au rendez-vous: 69 de poids spécifique moyenne alors qu’il en faut au minimum 76 selon les cahiers des charges des meuniers.

Face à cette situation, Valfrance a décliné ses mesures selon deux axes. Le premier axe concerne la gestion de la coopérative : procédures exceptionnelles d’analyse, de classification et d’allotement des produits dans les silos dès la moisson et plan d’économie complet, impliquant l’ensemble des métiers de la coopérative. La coopérative envisage une économie de près de 2 millions d’euros sur l’exercice à venir.

Le second axe, concernant l’accompagnement des sociétaires, comprend des avances de trésorerie versées dès le 25 juillet pour les blés, les orges et les pois, complétées au 10 septembre, report des échéances pour les approvisionnements d’automne au 31 décembre et adaptation de la politique commerciale appros.

La coopérative a également construit avec les deux principales banques de l’agriculture des solutions de financement des approvisionnements.

Alors que les blés 2016 ont la spécificité de présenter un haut niveau de protéines (13,7% en moyenne), Valfrance a créé, dans le barème des acomptes, une nouvelle catégorie spécifique à cette moisson 2016, nommée «blés meuniers intermédiaires».

Enfin, le nouvel outil, nommé e-Val a été présenté lors de l’assemblée générale de la coopérative tout comme la structure d’expertise agro-environnementale, structure commune à Valfrance et Agora.

Pour conclure cet après-midi, l’agro-économiste Jean-Marie Séronie a tenu une conférence sur la réponse que peut apporter l’agriculture numérique face aux enjeux de demain.

Valfrance lance prochainement e-Val

Dans la lignée d’un travail mené au sein de la coopérative sur la gestion du risque prix en 2015-2016, face à des marchés de plus en plus complexes et volatils, la coopérative a souhaité adapter pour ses sociétaires l’outil de pilotage qu’elle utilise pour rythmer sa commercialisation, afin de leur permettre de mieux appréhender et piloter leur mise en marché.
Le nouvel outil, nommé e-Val, répond aux besoins suivants : définir des chiffres clefs de pilotage d’une commercialisation (prix objectif, prix moyen réalisé, prix moyen potentiel, etc.), appréhender de manière synthétique son historique de commercialisation, la valorisation  de sa position, se créer un cadre de gestion pour la mise en marché et rester connecté au marché et à sa commercialisation via un système d’alerte.
L’outil e-Val sera disponible lors du premier trimestre 2017 sur l’extranet valfrance.pro

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui