L'Oise Agricole 19 juin 2017 à 13h00 | Par Agence

Porcs : le moral retrouvé ?

Après dix ans de crise, les éleveurs reprennent espoir. Les mois qui viennent devraient être l’occasion de conforter la production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claudine Gérard

L’horizon s’éclaircit pour les éleveurs de porcs. Après dix ans de galères, «les éleveurs voient le bout du tunnel», a indiqué Paul Auffray, le président de la Fédération nationale porcine, lors de l’Assemblée générale qui s’est déroulée à Paris, le 13 juin. Le marché européen a retrouvé son équilibre et si l’embargo russe est toujours là, l’appel d’air est venu d’Asie. Logiquement, les prix à la production se sont redressés et ils sont proches aujourd’hui de 1,50 €/kg contre 1,05 €/kg, il y a moins de six mois et la rentabilité des élevages est désormais au rendez-vous. Guillaume Roué, le président d’Inaporc, veut croire à un retour du cycle du porc qui annoncerait une conjoncture favorable pendant douze à quinze mois encore. En attendant, les éleveurs ont payé un lourd tribut à la crise.

Ils sont nombreux à avoir renoncé et la France a vu sa production diminuer de 10 %. Sans parler de la perte de confiance dans l’avenir, notamment chez les jeunes. Pour la FNP, le retour à un environnement économique plus favorable devrait être l’occasion de relancer les investissements et la modernisation des bâtiments d’élevage longtemps différés. Notamment par l’installation de jeunes. La question qui est posée est celle du financement des reprises quand on sait que 1 à 1,5 million d’euros est nécessaire. Faut-il encourager le cédant à laisser temporairement son capital dans l’élevage par des dispo-sitions fiscales ? Faire appel à des capitaux extérieurs ? Développer les garanties et les cautionnements ? L’Assemblée générale en a débattu.

Etiquetage et fonds structurel

D’autres défis sont à relever, comme celui lié à l’environnement et à l’élimination des ni-trates, toujours présent. Mais un nouveau sujet apparaît, celui de la qualité de l’air pour laquelle les éleveurs devront contrôler les émissions de particules et d’ammoniac, du moins pour les élevages de plus de 2 000 têtes. Sans parler du bien-être animal qui fait l’objet actuellement de campagnes très offensives des associations de protection animale. Malgré l’échec des tentatives précédentes, la FNP n’a pas renoncé à l’idée de sécuriser le revenu des éleveurs malmenés par la conjoncture ou qui pourrait l’être par des événe-ments sanitaires ou environne-mentaux.

Ainsi appelle-t-elle de ses voeux la création d’un fonds structurel financé par un prélèvement sur les achats de viande au détail et dont les ressources seraient redistribuées aux éleveurs quand la situation l’exige. La prochaine réforme de la Pac devrait être l’occasion d’intro-duire un tel dispositif, estime Paul Auffray. Mais ce qui l’inquiète le plus dans l’immédiat c’est l’essoufflement de l’étiquetage d’origine des viandes et de l’offre française en particulier. Malgré l’obligation qui est faite, les entreprises ont tendance à la délaisser et à privilégier les achats à l’étranger, notamment en Espagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,