L'Oise Agricole 25 janvier 2018 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

«Pas de retraite pour la fourchette !»

L’établissement UniLaSalle à Beauvais a conçu, avec l’aide de chercheurs, un programme pour améliorer le bien-être des personnes âgée, l’Auton’Al 60.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anne-Kathrin Illner, enseignant-chercheur en prévention et santé des populations, et Cécile Buche-Foissy, ingénieur d’études alimentaire et santé et coordinatrice du programme Auton’Al 60.
Anne-Kathrin Illner, enseignant-chercheur en prévention et santé des populations, et Cécile Buche-Foissy, ingénieur d’études alimentaire et santé et coordinatrice du programme Auton’Al 60. - © Dorian Alinaghi

Le programme Auton’Al 60 a officiellement été lancé le jeudi 18 janvier à l’établissement UniLaSalle à Beauvais. Il s’agit d’un projet innovant de prévention-santé autour de l’alimentation, de l’activité physique et mentale et du lien social destiné aux personnes de 60 ans et plus.

«Cela fait déjà 17 ans que dans notre établissement, nous traitons le sujet de l’alimentation et de la santé. Notre enseignement est conçu pour nous soucier des problématiques qui nous entourent. Vis-à-vis des séniors, on remarque des enjeux importants, donc nous essayons de tout mettre en œuvre pour trouver des solutions, d’où la réalisation de ce projet emblématique » souligne Philippe Choquet, directeur général d’UniLaSalle en introduction.

Il faut savoir qu’un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2060 et le nombre des centenaires devrait exploser donc pour le Conseil départemental, il s’agit d’une préoccupation importante « en tant que partenaire à l’Auton’AL 60, nous sommes heureux de suivre ce projet car bien évidemment, ce programme adopte les mêmes objectifs que le Conseil départemental. La santé fait partie d’une grande cause du Département. La solidarité pour les personnes âgées est au cœur de notre travail, notamment la lutte contre l’isolement et le maintien au domicile. Cette action concrète permet de construire l’Oise de demain» ajoute Nadège Lefebvre, présidente du Conseil départemental de l’Oise.

Croquer la retraite à pleine dents

Lors d’une conférence sur l’équilibre alimentaire et physique, la docteure Monique Ferry, médecin gériatre et nutritionniste, à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, a décidé de casser les idées reçues sur l’alimentation avec l’aide d’un quiz ingénieux que l’on peut retrouver sur le site www.ateliercuisinesenior.com «Le fromage, en quantité normale, ne fait pas grossir, l’œuf ne donne pas de cholesterol, le gras est bon pour le cerveau, le poisson permet de mieux vieillir, les gens âgés doivent manger plus…» explique-t-elle.

Cécile Buche-Foissy, ingénieur d’études alimentaire et santé et coordinatrice du programme Auton’Al 60, et Anne-Kathrin Illner, enseignant-chercheur en prévention et santé des populations, lancent une étude sur 100 personnes de 60 ans et plus, autonomes et qui résident dans un rayon de 30 km autour de Beauvais.

Le programme se compose de sept ateliers : la perception sensorielle, l’équilibre alimentaire, l’activité sportive adaptée, visite pédagogique d’un marché et d’un supermarché, pratique culinaire adaptée aux maladies chroniques liées à l’âge, «l’APAT’à’pain», et la santé mentale. «Par exemple, on aura un atelier sport dans lequel on fait découvrir les bienfaits d’un rouleau à pâtisserie dans la mobilisation des articulations ou bien faire découvrir plusieurs gammes de produits avec les analyses des étiquettes» ajoute Cécile Buche-Foissy.

En septembre, si les résultats sont concluants, la CPAM préconisera les ateliers. «La prévention est devenue un enjeu majeur pour retarder la perte d’autonomie des personnes âgées. Le plan national d’action de prévention de la perte d’autonomie repose sur deux principes se structure autour de 6 axes : préserver l’autonomie, prévenir les pertes d’autonomie évitables, éviter l’aggravation des situations déjà caractérisées par une incapacité, réduire les inégalités sociales et territoriales de santé, former les professionnels à la prévention de la perte d’autonomie, et développer la recherche et les stratégies d’évaluation. On ne peut que saluer aujourd’hui ce programme innovant et ambitieux dont la force réside sur la diversité des thèmes travaillés pour les personnes âgées» affirme Luc Rollet, directeur territorial de l’Oise de l’agence régional de la santé (ARS).

Programme

Vous pouvez vous inscrire et avoir plus d’informations sur le www.autonal60.fr.

Sinon, contactez Cécile Buche-Foissy au 03 44 06 76 09 ou cecile.buche@unilasalle.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,