L'Oise Agricole 19 février 2014 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Organisations professionnelles - Zonages : la Chambre d'agriculture de l'Oise se rebiffe

La dernière session de Chambre a eu lieu le 18 février au lycée agricole d'Airion

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette session, qui s'est déroulée avec la participation du préfet, Emmanuel Berthier, s'est terminée par un au-revoir exprimé par Jean-Luc Poulain à Emmanuelle Clomes, qui va quitter la direction du lycée d'Airion qu'elle assume depuis 9 ans. Ici, en présence de l'ancien président du lycée, Gilles Degroote, et de l'actuelle présidente, Élise Lamoureux, secondée par Dominique-Marie Cugnière.
Cette session, qui s'est déroulée avec la participation du préfet, Emmanuel Berthier, s'est terminée par un au-revoir exprimé par Jean-Luc Poulain à Emmanuelle Clomes, qui va quitter la direction du lycée d'Airion qu'elle assume depuis 9 ans. Ici, en présence de l'ancien président du lycée, Gilles Degroote, et de l'actuelle présidente, Élise Lamoureux, secondée par Dominique-Marie Cugnière. - © Bernard Leduc

L'environnement était à l'ordre du jour de la session de la Chambre d'agriculture, mardi dernier 18 février. Le point essentiel portait sur le projet de SRCE (schéma régional de cohérence écologique) qui vise à fixer les trames verte et bleue, constituées de réservoirs de biodiversité, reliés entre eux par des corridors écologiques. Théoriquement, les terres labourables en sont exclues, mais le zonage proposé semble très souvent arbitraire, sans bases scientifiques, précisait Bruno Haas. Et excessif, puisque ce projet de schéma concernerait 25 % du territoire de notre région, qui serait «mis sous cloche».

Pour l'instant, le seul impact prévu est la prise en compte du SRCE dans les documents d'urbanisme.
Les agriculteurs refusent de se voir imposer des contraintes nouvelles, disait Luc Smessaert, alors que ces contraintes peuvent venir de plusieurs directions, dont par exemple le Parc naturel régional.
ou occupants ont eu moins de scrupules à utiliser la tronçonneuse ou à laisser en friche, ils se voient imposer moins de contraintes.
Hans Dekkers a  dénoncé un autre paradoxe lié au fait que l'empilement de mesures administratives de tous ordres imposées aux agriculteurs incite à la simplification des systèmes en agriculture, réduisant ou supprimant les activités à valeur ajoutée, dont l'élevage. Avec des conséquences sur l'emploi.
Sur le SRCE, Jean-Luc Poulain a réaffirmé que la Chambre d'agriculture continuera de participer aux travaux préparatoires. Des réunions locales pourront être  organisées d'ici là. La Chambre d'agriculture rappelle ainsi sa volonté de poursuivre son travail de veille pour éviter un excès de contraintes sur les activités agricoles ou forestières.
Dans ce même domaine de l'environnement, Bruno Haas a évoqué la directive nitrates et le 5e programme d'actions en projet. Là aussi, il revient aux organisations agricoles, dont la Chambre d'agriculture, d'être vigilantes et activement présentes dans les réunions de travail des instances décisionnaires.
Bernard Leduc

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui