L'Oise Agricole 30 août 2018 à 09h00 | Par Mathieu Robert

Nicolas Hulot : une démission aux accents agricoles

Le ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot a annoncé mardi sa démission en reniant largement le bilan agricole du gouvernement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nicolas Hulot, ancien ministre de l'environnement
Nicolas Hulot, ancien ministre de l'environnement - © Jennifer Jacquemart

Tant de fois annoncé depuis sa nomination, le départ de Nicolas Hulot a finalement réussi à créer la surprise. «Je prends la décision de quitter le gouvernement. Je ne veux plus me mentir. Je ne veux plus donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie que l’on est à la hauteur sur ces enjeux-là», a annoncé le ministre de l’Ecologie au micro de la matinale de France Inter, mardi matin, suscitant l’étonnement des journalistes qui l’interviewaient. Cette démission surprise a pris de forts accents agricoles, d’abord par les propos qui ont précédé l’annonce : «Est-ce que nous avons commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation d’arrêter l’artificialisation des sols ? La réponse est non.»

Des divergences avec Stéphane Travert

Le ministre de l’Ecologie claque donc la porte en reniant largement le bilan agricole du gouvernement. Il a notamment dévoilé au grand jour ses divergences avec son ministre de l’Agriculture. «Je n’ai pas réussi à créer de complicité de vision avec le ministre de l’Agriculture alors que nous avons l’opportunité absolument exceptionnelle de transformer le modèle agricole !». Plus tard dans l’entretien, il réaffirme : «Je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stéphane Travert». Il a d’abord semblé associer son échec à «transformer l’agriculture» aux contraintes budgétaires : «On se fixe des objectifs, mais on n’en a pas les moyens parce qu’avec les contraintes budgétaires, on sait très bien à l’avance que les objectifs que l’on se fixe, on ne pourra pas les réaliser. Voila ma vérité !» Sans viser particulièrement l’agriculture, le ministre s’en est plus largement pris au «libéralisme» et aux «lobbies», pour expliquer sa démission. La veille, la présence à l’Elysée du conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) Thierry Coste, un «lobbyiste», qui «n’avait rien à faire là», a «achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner», a-t-il lancé, y voyant le symptôme «de la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir».

Un bilan «agricole» difficile à évaluer

Hulot parti, difficile d’évaluer son bilan «agricole», c’est-à-dire sa capacité à faire basculer la position du gouvernement. Lui qui n’avait pas battu la campagne avec le candidat Emmanuel Macron. Candidat dont le projet était d’ailleurs nébuleux sur les dossiers agricoles. L’ex-ministre peut sûrement mettre à son actif le raccourcissement de la ré-homologation du glyphosate à cinq ans en Europe, au lieu de dix ans comme cela était attendu. Et il n’est probablement pas pour rien dans ce désormais célèbre tweet du président de la République demandant au gouvernement «de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans». L’autre fait d’armes de l’ancien animateur de télévision est sûrement l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes - que le candidat Macron avait soutenu durant la campagne - et le maintien en lieu et place des projets agricoles des Zadistes.

Déçu des Etats généraux de l’alimentation

Pour cet ancien patron d’une fondation environnementale, la nouvelle définition européenne des perturbateurs endocriniens, votée fin 2017, aura été symptomatique du positionnement singulier qu’il entretenait avec les ONG, dont il est issu et à qui il sembla souvent rendre des comptes. Dans un long entretien accordé à Libération, Nicolas Hulot avait dû s’expliquer en ces termes, pour justifier l’écart entre les demandes des ONG et la définition votée à Bruxelles : «Nous n’avons pas gagné la guerre, mais nous avons gagné une bataille.» Du côté des défaites, Nicolas Hulot n’aura pas réussi à prendre les rênes des Etats généraux de l’alimentation, une idée dont il revendiquait la paternité - sous le nom de Grenelle de l’alimentation - et dont il souhaitait que le ministère de l’Ecologie la copilote. Ce fut finalement Stéphane Travert qui en reçu les commandes. Hulot boudera d’ailleurs la soirée de conclusion de ces Etats généraux, fin 2017 et affirmera par voie de presse que «le compte n’y est pas». Le refus des parlementaires et du gouvernement d’inscrire, dans le texte qui en découla, une interdiction du glyphosate à trois ans, comme le proposait son fidèle soutien chez LREM, Matthieu Orphelin, aura peut-être achevé de l’en convaincre. Opposé aux accords de libre-échange, il n’aura pas non plus empêché l’approbation du Ceta, pas plus que la fin du financement par l’Etat des aides au maintien en agriculture biologique.

La question des prédateurs

Ce partisan du repas végétarien dans les cantines n’aura pas non plus réussi à se faire entendre par les parlementaires de sa majorité sur ce thème. Partisan de nouvelles évolutions du statut animal, il avait semblé vouloir faire cavalier seul sur la question, annonçant en 2017 le lancement de son propre groupe de travail sur le bien-être animal. Des travaux dont l’avancée reste pour l’heure inconnue. S’il est un sujet où le ministre aura été en opposition frontale avec l’ensemble du monde agricole, et probablement avec son homologue de l’Agriculture, c’est le sujet des prédateurs. L’élaboration du plan loup pour la période 2018-2023, avec la fixation d’un quota de quarante spécimens à abattre sur l’année 2018, a soulevé la colère de l’ensemble des syndicats agricoles. La perspective d’un nouveau lâcher d’ours dans le Béarn était en passe de susciter la même unanimité.

Réactions syndicales

Réagissant à la démission de Nicolas Hulot, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, rappelle qu’elle avait de «vrais sujets de désaccord» avec le ministre de l’Ecologie, comme la gestion du loup ou de l’ours, tout comme le dossier du glyphosate. Mais «on pouvait parler et il écoutait». «Sur les phytosanitaires, il a reconnu les efforts faits par les agriculteurs», relève-t-elle. Il avait «fait sien», lors du dernier Salon de l’agriculture, le Contrat de solutions porté par le syndicat, rappelle-t-elle. La Coordination rurale souhaite un successeur avec qui «travailler en bonne intelligence». Il s’agit de «remettre l’écologie à une place qui permette une agriculture durable et productive, destinée à nourrir la population en quantité suffisante et avec une qualité irréprochable». La démission de Nicolas Hulot «confirme l’absence de politique agro-environnementale globale de ce gouvernement, qui refuse de remettre en cause le modèle agricole dominant», a commenté la Confédération paysanne. Sur la question des pesticides, «il n’a pas réussi» à pousser les dossiers en faveur d’un changement de pratiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui