L'Oise Agricole 20 avril 2017 à 08h00 | Par Mathias Desvernois

Les prix du lait restent insuffisants

Réunie à l’occasion de son assemblée générale, le jeudi 13 avril, la Fédération des coopératives laitières (FNCL) dresse un constat bien mitigé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Bernard Leduc

On estime à près d’un tiers le nombre d’exploitations laitières «dans le rouge. En 2016, le taux de cessation d’activité a doublé, atteignant les 6%», souligne Dominique Chargé, président de la FNCL.

le prix du lait a augmenté de 10% (environ 30 € de plus), en janvier 2017 par rapport à janvier 2016, son niveau ne rééquilibre pas les comptes. Bien qu’ayant porté ses fruits, la mesure de réduction volontaire de la production instaurée par la Commission est arrivée «bien trop tard», regrette la FNCL.

L’organisation insiste sur une refonte de la Loi de modernisation de l’économie. Aussi, des négociations commerciales avec la Nouvelle-Zélande seraient en cours. La FNCL appelle l’Union européenne à la plus grande vigilance afin de préserver au mieux l’intérêt des filières agricoles.

Des tensions apparaissent sur le marché de la matière grasse. Ces produits, beurre en premier, sont en pénurie.

La situation est radicalement opposée, s’agissant du marché de la protéine. Les stocks de poudre de lait évalués à 350 .000 tonnes dans l’espace communautaire plombent les cours.

«A l’échelle mondiale, on peut en rajouter 300.000 tonnes», indique Dominique Chargé.

L’Union européenne affiche comme bilan 2016 une augmentation de production de +0,5%. Les Etats-Unis poursuivent leur croissance (+2% en 2016 et +2,5% en janvier 2017). La Nouvelle- Zélande a considérablement baissé ses volumes (- 1,7 % en 2016 et -0,7 % en ce début d’année). Du fait de la sécheresse, l’Australie a vu sa production pénalisée (-7% en 2016). Selon la FNCL, la France est le pays qui a le plus réduit sa production. «Dès février 2016», rappelle Dominique Chargé.

La Pologne semble vouloir jouer les premiers rôles dans ce secteur. Le pays affiche +2,5% en 2016, et confirme sa progression en janvier 2017 avec déjà +4%. Après une augmentation de +7,5% en 2016, les Pays-Bas annoncent +1% en ce début d’année. D’après la FNCL, la directive phosphate devrait les contraindre à réduire leur cheptel de 100.000 vaches.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui