L'Oise Agricole 18 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Les premières récoltes confirment les craintes

Les premières remontées du terrain, assurées par les présidents d’arrondissements FDSEA, en cette mi-juillet confirment ce que la météo exceptionnelle laissait augurer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Randé

Les chiffres, même partiels, sont implacables. Les rendements en orges sont annoncés en baisse par rapport à la moyenne. De 50 à plus de 60 q/ha selon les secteurs avec des critères de qualité insuffisants d’où le déclassement d’une grande partie des livraisons. Selon Emmanuel Pigeon, pour l’arrondissement de Beauvais, même si tous les escourgeons ne sont pas récoltés, la tendance est mauvaise.

Sentiment confirmé par Christophe Beeuwsaert, pour Clermont : «Les premières moissons ont pu se faire la semaine dernière, sous le soleil enfin retrouvé, et les machines ont tourné tout le week-end. Les récoltes d’escourgeons sont bien avancées. Les résultats ne sont pas bons. Sur l’arrondissement, les rendements tournent en gros selon les premiers retours entre 50 et 60 quintaux. Il y a beaucoup de paille, mais peu de grains. À la récolte, on a l’impression de récolter beaucoup, mais il n’y a pas grand-chose dans les remorques. Les PS sont faibles et il y a beaucoup d’orges brassicoles déclassées.»

Sur l’arrondissement de Compiègne, même son de cloche de Thierry Bourbier : pour la partie non grêlée de Ressons-sur-Matz, de 55 à 60 q/ha avec des PS de 52 à 58. Pour les parcelles grêlées, c’est bien entendu variable.

Dans les environs de Compiègne, idem : entre 58 et 62 q/ha et des PS similaires.

Dans le secteur de Noyon, Éric Labarre rapporte des fourchettes de 35 à 65 q, sans doute avec une moyenne autour de 50 q/ha avec un PS de 50. Et l’orge brassicole serait à 50 de calibrage.

Selon Cédric Thomassin, les récoltes d’escourgeons sont terminées dans l’arrondissement de Senlis. Les rendements ne sont franchement pas terribles. Surtout, tout le monde est inquiet et croise les doigts pour la suite. Tant que l’on n’est pas à la récolte, on ne sait pas ce que cela va faire.

La situation est donc à l’attente, mais avec beaucoup d’inquiétudes car il y avait un beau potentiel, mais qui s’est très certainement assez fortement dégradé au cours des dernières semaines.

Pour ce qui concerne les cultures d’automne, elles sont en retard, mais cela semble encore aller pour les betteraves. Les maïs sont en retard avec un risque sur la période de fécondation des grains si le temps est trop sec.

Les pois d’hiver, même avec une petite sole dans l’Oise, ont tendance à se développer car ils présentent des avantages agronomiques certains. Mais, les résultats de l’année sont catastrophiques, entre 10 et 15 q/ha car les maladies se sont installées très tôt. Ils sont versés, les grains sont petits et noircis. De quoi décourager ceux qui s’étaient lancés dans la culture pour la première fois.

Il ne reste plus qu’à croiser les doigts et espérer que les colzas et les blés ne suivront pas le même chemin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui