L'Oise Agricole 12 mars 2018 à 10h00 | Par Marie-Astrid Batut

Les perspectives d’avenir de l’industrie semencière

Le 13 mars, en amont du 10e Forum des Industriels de la semence, des acteurs de la filière ont présenté l’industrie semencière et ses perspectives d’avenir. Ils ont rappelé que le secteur faisait partie des industries de pointe qui se portent bien en France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Elise Bourmeau, directrice de l’UFS, Laurence Carré, responsable des stations de semences d’Agrial,
Pascal Mombled, directeur général de Semences de France, et Denis Gentilhomme, directeur des sites Limagrain Europe
et France.
De gauche à droite : Elise Bourmeau, directrice de l’UFS, Laurence Carré, responsable des stations de semences d’Agrial, Pascal Mombled, directeur général de Semences de France, et Denis Gentilhomme, directeur des sites Limagrain Europe et France. - © agence de presse

«On ne parle jamais de la semence en tant qu’industrie de pointe et cela m’irrite», s’est indigné Pascal Mombled, directeur général de Semences de France, le 13 mars, lors de la 10e édition du Forum des industriels de la semence sur le thème «Imaginons les usines de demain». Les équipes de l’UFS (Union française des semenciers) ont profité de cette occasion pour présenter les atouts de l’industrie semencière et son avenir.

L’indignation de Pascal Mombled était partagée par les acteurs de cette filière. Le directeur général de Semences de France a ainsi rappelé que la France est le premier exportateur mondial de semences, le premier producteur européen et le troisième producteur mondial. Il souhaiterait donc que le secteur soit mieux considéré. «Dans une ambiance un peu morose, nous avons de quoi croire à l’avenir de nos industries», a-t-il précisé. En effet, le secteur semble bien se porter, malgré une légère baisse de régime ces dernières années. D’après une enquête, réalisée spécialement pour le forum, sur les performances industrielles des entreprises semencières, les emplois ont progressé de 4 % dans le secteur entre 2015 et 2017, et de 19 % entre 2010 et 2015.

Un secteur implanté dans les territoires

Le taux d’investissement était de 2,2 % entre 2015 et 2017, il a donc légèrement baissé par rapport à la période 2010-2015 où il était de 3,3 %. Denis Gentilhomme, directeur des sites Limagrain Europe et France, a également affirmé l’engagement fort des semenciers dans la RSE. Il s’agit d’un secteur tourné vers l’innovation. En effet, environ 7 % du chiffre d’affaires y est investi. Avec plus de 70 % de PME réparties dans le pays, les usines semencières sont également ancrées dans les territoires ruraux. 382 000 hectares de semences sont ainsi cultivés en France et 70 % des sites sont implantés dans des communes de moins de 5 000 habitants. La réussite des semenciers français tient en partie aux conditions pédoclimatiques favorables, à la diversité des territoires, mais aussi à de bonnes conditions de sécurité sanitaire, estime Pascal Mombled. «Les semenciers réalisent des contrôles de qualité tout au long du processus, et sont capables de faire de la traçabilité du champ au sac», affirme ainsi Denis Gentilhomme.

30 000 autocontrôles sanitaires

En plus des contrôles obligatoires en matière de traçabilité et de conditions sanitaires, Laurence Carré, responsable des stations de semences d’Agrial, rapporte que les entreprises semencières réalisent plus de 30 000 autocontrôles sanitaires. D’après ces derniers, 95 % des lots contrôlés sont conformes aux législations concernant les produits phytosanitaires. Des tests de poussière sont aussi réalisés dans le cadre du PQP (Plan qualité poussières). Ces autocontrôles coûtent environ cinq millions d’euros aux entreprises. Pour préserver cette réussite du secteur, Elise Bourneau, directrice de l’UFS, rappelle que pour s’adapter aux demandes, à leur environnement et aux territoires, les semenciers sont engagés dans la «nécessaire transition agro-écologique». Elle précise que cette transition se fait en partie avec l’amélioration des plantes afin d’augmenter leur résistance aux maladies, mais aussi aux aléas climatiques. Autre levier d’innovation évoqué par la directrice de l’UFS, les traitements appliqués aux semences, comme les biostimulants, afin de s’adapter aux demandes des utilisateurs. «Les semenciers n’ont pas attendu les Etats généraux de l’alimentation pour identifier ces leviers, mais ils vont donner un coup d’accélérateur à l’innovation », a affirmé la directrice de l’UFS. Elle a enfin précisé que pour réussir cette évolution, les semenciers ne devaient pas se retrouver dans des impasses techniques. Elle a aussi rappelé qu’il était essentiel qu’ils aient une visibilité sur la législation européenne, et qu’il fallait à tout prix éviter la sur-transposition de lois entre la France et l’Union européenne.

Les chiffres de l’industrie de la semence en France


1er : exportateur de semences
1er : producteur européen de semences
1,6 milliard d’euros : chiffre d’affaires à l’export
+ 4 % : emplois entre 2015 et 2017
70 % : les sites implantés dans des communes de moins
de 5 000 habitants
7 % : du chiffre d’affaires du secteur investi dans l’innovation

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,