L'Oise Agricole 23 décembre 2013 à 08h00 | Par Elodie Hesters

Les fonds du développement rural doivent servir à l’agriculture picarde

Trames verte et bleue et fonds du deuxième pilier de la Pac au programme de la session de la Chambre régionale d’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © OA

La session d’automne de la Chambre d’agriculture de Picardie s’est tenue lundi 9 décembre, en présence du préfet de Région Jean-François Cordet.

Christophe Buisset, le président de la Chambre régionale, lui a rappelé les positions de la profession sur les grands dossiers d’actualité : en premier lieu les impacts de la future Pac pour l’agriculture de notre région, notamment «la banalisation de nos systèmes laitiers».

Mais aussi le programme de développement rural (PDR) qui va déterminer les projets éligibles au deuxième pilier de la Pac (Feader), il doit servir à «renforcer nos outils et nos exploitations», a-t-il insisté.

Christophe Buisset s’est fait enfin l’écho de l’exaspération de la profession face à l’accumulation des contraintes, en particulier les conséquences potentielles sur l’activité agricole du schéma régional de cohérence écologique (Srce), les fameuses trames verte et bleue.

 

Une motion sur le schéma de cohérence écologique

Les Chambres sont certes impliquées dans la prise en compte de la biodiversité et de l’environnement.

Olivier Dauger, président de la commission environnement des Chambres d’agriculture de Picardie, a toutefois mis l’accent sur la portée juridique de ce schéma puisqu’il doit être pris en compte dans les documents d’urbanisme, et sur ses conséquences sur le développement agricole.

Les membres de la session ont votée à l’unanimité une motion dans laquelle les chambres demandent entre autres : le croisement des zonages proposés par les maîtres d’ouvrage pour identifier l’impact des réservoirs et corridors actuellement envisagés sur les terres agricoles, ainsi qu’une réelle concertation sur l’opportunité de conserver tout ou partie des réservoirs et corridors ainsi que sur les futurs plans d’actions à élaborer, et la révision du calendrier d’élaboration du Srce de Picardie.

Le préfet a assuré de sa volonté de trouver des solutions dans l’intérêt général. Il renforcera la concertation nécessaire et donnera du temps pour prolonger les échanges.

 

La Région va gérer les fonds du 2e pilier de la Pac

À partir de 2014, le Conseil régional aura la responsabilité de gérer le programme de développement rural (PDR) et bien entendu de l’argent qui va avec.

Comme l’a expliqué Hubert Fleury, directeur de l’agriculture au Conseil régional, le PDR comprend différentes mesures qui pourront être financée par le deuxième pilier de la Pac alimenté par le Feader (Fonds européen agricole pour le développement rural).

Il s’agit de «gérer les priorités de l’Europe adaptées à la Picardie» a commenté Hubert Fleury. La dotation Feader régionale pour 2014-2020 sera de 137,6 millions d’euros, près de 100 % d’augmentation par rapport à la période 2007-2013.

Les mesures environnementales (ICHN, MAE, agriculture biologique, Natura 2000 et Directive cadre eau, investissements favorables à l’environnement, mesures forestières) doivent absorber 35 % de cette dotation et au moins 5 % doivent être consacrés au programme Leader (développement rural intégré). La liberté de manœuvre de la Région sera toutefois encadrée au niveau national pour l’installation, les ICHN et les MAE.

La profession s’organise pour apporter des propositions concrètes sur la mise en œuvre des mesures.

L’essentiel étant de faire en sorte que les projets agricoles bénéficient au maximum de ces fonds du deuxième pilier de la Pac. «Ces concertations sont importantes pour l’écriture du programme», a souligné Hubert Fleury, encourageant la profession à y contribuer activement.

La version finale doit être remise fin mars à la commission européenne.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui