L'Oise Agricole 03 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Les cinq grands dossiers agricoles du prochain Président

Le prochain Président de la République, élu en mai 2017, ne s'en doute peut-être pas. Mais il aura à gérer cinq grands dossiers agricoles qui sont en même temps cinq dossiers qui concernent la société tout entière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Elevage laitier intensif. Les discussions sur la future politique agricole commune tourneront principalement sur une certaine dose de régulation et la capacité de la France à persuader ses voisins d’y revenir.
Elevage laitier intensif. Les discussions sur la future politique agricole commune tourneront principalement sur une certaine dose de régulation et la capacité de la France à persuader ses voisins d’y revenir. - © Costie Pruilh

Plus ou moins de régulation? Plus ou moins d'environnement dans l'agriculture? Plus ou moins de mondialisation? Plus de simplification? Et de recherche en agronomie et biotechnologie? Ces cinq enjeux agricoles constitueront cinq occasions pour le Président de la République élu en mai prochain d'exercer des choix.

Ils seront cruciaux pour les agriculteurs et la société. La réforme de la politique agricole commune pour les années post- 2020 est enclenchée. Pour l'instant, seules quelques escarmouches ont été tirées, mais il se dégage clairement deux camps.

Ceux qui demandent plus de régulation, principalement les pays du Sud de l'Europe, dont la France, et les autres, davantage confiants dans le jeu du marché. La question, pour le Président français et son gouvernement, est clairement de savoir jusqu'où il peut et veut aller pour relancer une régulation européenne dont l'absence se fait cruellement sentir. En témoigne le secteur laitier.

A cette volonté plus ou moins grande s'ajoutera la capacité à convaincre l'Allemagne d'opter vers une position moins libérale qu'aujourd'hui. Après un quinquennat fortement marqué par des contraintes environnementales nouvelles, les agriculteurs auront-ils droit à une pause sur ce plan? Tout dépendra de l'orientation prise par le futur Président sur cette question.

Stéphane Le Foll a lancé plusieurs chantiers, notamment pour inciter à la réduction des usages de phytos dans l'agriculture. Le futur gouvernement maintiendra-t-il des dispositifs ou les atténuera-t-il? Quelle sera l'influence du ministère de l'Environnement sur les orientations prises pour les agriculteurs? Dès la nomination du futur gouvernement, les agriculteurs auront quelques indices pour savoir dans quel sens se fera la politique agricole.

 

Mondialisation et simplification

Les récents débats sur l'accord commercial euro-Canada (Ceta) ou euro-Etats Unis (Tafta) ont montré que les agriculteurs ont l'épiderme sensible vis-à-vis de la mondialisation et de son organisation. Même si ces négociations sont, en général, conduites par l'Union européenne, la France a son mot à dire.

Si le Ceta vient d'être signé et ratifié par l'Union européenne, les négociations entre l'Europe et les Etats-Unis sont loin d'être terminées, et le seront sans doute pas avant la prochaine élection. L'enjeu, c'est l'ouverture de nos marchés aux viandes américaines, les clauses de sauvegarde et la protection de notre système d'indications géographiques protégées.

Enfin, toujours demandée, la simplification des normes et des paperasses reste une revendication de base des agriculteurs. De timides progrès et des orientations plus ambitieuses ont été choisis durant le quinquennat qui s'achève. Mais ces progrès sont jugés largement insuffisants par les organisations agricoles. Le futur président devra montrer s'il a la volonté politique d'obtenir de vraies simplifications de la part de son administration.

 

L'impact des biotechnologies

D'énormes avancées de la recherche en biotechnologies pourraient demain, associées au numérique, révolutionner la manière de faire de l'agriculture. Si la France n'y investit pas, elle pourrait se retrouver lanterne rouge de l'agriculture occidentale. On a vu les freins considérables qu'ont pu susciter les OGM. Les progrès à venir s'appellent édition de gènes, nouvelles mutations génétiques, génétique animale, Big Data, sans oublier les drones et biocapteurs, etc.

A une culture héritée du principe de précaution, qui a plutôt ralenti les applications de la recherche, ne faut-il pas faire succéder une ambition plus grande dans les investissements de recherche et, surtout, un régime juridique plus adapté à leurs applications? Ce sera au futur président de donner les grandes orientations dans ce domaine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui