L'Oise Agricole 11 mai 2017 à 08h00 | Par Augustine Passilly

Les aviculteurs s’adaptent aux attentes sociétales

Le CNPO, l’interprofession des oeufs, a tenu le 3 mai sa conférence de presse. L’occasion de rappeler le fait que ce secteur se tourne résolument vers le bien-être animal avec le Contrat sociétal. d’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Le Douarin

«On est à peu près à 170 millions de tonnes d’oeufs au niveau mondial», affirme Loïc Coulombel, président du SNIPO, le Syndicat national des industriels de l’oeuf. Or, la filière profite aussi bien à l’Europe, deuxième producteur mondial, qu’à la France, qui s’affirme en tant que «leader européen en production d’oeufs», toujours selon le président.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En effet, si, à échelle européenne, «sur les dix dernières années, on a une croissance moyenne annuelle de 0,6%», elle atteint en France 1%, explique-t-il. Soit une production française de 14,3 milliards d’oeufs en 2016. La tendance semble, par ailleurs, se confirmer puisqu’«on maintient une prévision de production à peu près stable», ajoute-t-il.

Niveau consommation, les achats se répartissent de la manière suivante: 52% d’oeufs standards, 14% biologiques, 32% provenant de poules élevées en plein air et 3% au sol, avec une progression d’oeufs vendus sous Label Rouge de +5,3% en 2016.

D’après une enquête menée par le CSA pour l’interprofession des oeufs, du 10 au 15 mars 2017, 96% des Français consomment des oeufs. Les réponses des sondés sont d’autant plus encourageantes au regard de la fréquence à laquelle les Français en mangent: 84% d’entre eux en consomment au moins une fois par semaine, et 38% deux à quatre fois par semaine.

Comment expliquer un tel engouement? D’après le sondage, 68% considèrent que c’est facile et rapide à cuisiner, et 93% estiment que ce sont des produits qui sont bons pour la santé. Sur la première marche du podium des recettes d’oeuf préférées, l’oeuf au plat, suivi de l’omelette et de l’oeuf à la coque. Quant au lieu d’achat, le magasin prime dans 86% des cas, même si 34% des Français achètent leurs oeufs en direct et 31% dans des lieux de proximité. 13% d’entre eux possèdent même leur propre poule.

 

Le mode d’élevage

Le sondage révèle également que le mode d’élevage reste le premier critère de choix pour les consommateurs. La filière a donc pour ambition d’atteindre 50% d’oeufs issus d’élevages de poules alternatifs d’ici 2022 (contre un tiers aujourd’hui), soit 500 millions d’euros d’investissements. Le directeur de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Christian Marinov, estime que les négociations avec les distributeurs devraient encore durer six à huit mois. «Ce projet s’appelle le Contrat sociétal d’avenir», explique le président du CNPO, Philippe Juven. Un contrat lancé en octobre 2016, dans la lignée d’une longue réflexion sur la filière débutée en 2014.

Les ambitions sont multiples. Il s’agit ainsi du «respect du bien-être animal au-dessus des aspects réglementaires», de «faire évoluer tout ce qui est traitement animal» ou encore de «s’engager sur une alimentation de qualité pour nos poules pondeuses », résume-t-il.

Le CNPO prévoit, par ailleurs, de renforcer la Charte «Pondus en France», en rendant la Charte sanitaire obligatoire. Bien sûr, augmenter le nombre d’élevages alternatifs représente un coût, estimé à 500 millions d’euros. L’investissement serait idéalement réparti entre les producteurs, à hauteur de 80%, et les consommateurs, qui sont 94% à approuver cette initiative.

Plus encourageant encore, «à 87%, ils sont prêts à payer dix centimes de plus pour permettre cette transition». Ils sont, par ailleurs, 70% à estimer qu’il est nécessaire que les éleveurs aient le temps de s’adapter, tandis que les enseignes de distribution ont récemment multiplié les annonces de retrait définitif des oeufs de poules élevées en cage dans leur rayon, sans tenir compte des contraintes, pratiques, économiques et de temps.

Or, il faut rester pragmatique, alertent les producteurs. Le Contrat sociétal d’avenir ne doit en aucun cas faire obstacle à l’objectif de la France de «maintenir sa capacité de production», affirme Philippe Juven. Il serait en effet impensable de mettre en péril une filière «auto-suffisante à 101%», comme le rappelle le président du CNPO, d’autant plus que l’origine française des oeufs est importante pour 85 % des Français : ils l’estiment garante de la préservation des élevages en France, du maintien du «Made in France», mais aussi de la qualité et de la fraîcheur de leurs oeufs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui