L'Oise Agricole 10 décembre 2015 à 08h00 | Par Gaëtane Trichet

Légumes et pommes de terre : de bons résultats de campagne

Expandis a tenu son assemblée générale la semaine dernière. Le point sur la campagne pomme de terre et légumes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Pierre Klein, vice-président d’Expandis et président de Prim’Allia, et Eric Bégin, président d’Expandis.
De gauche à droite : Pierre Klein, vice-président d’Expandis et président de Prim’Allia, et Eric Bégin, président d’Expandis. - © Gaëtane Trichet

Eric Béguin, président d’Expandis, a brossé l’activité de la dernière campagne. La surface totale contractualisée et commercialisée était de 6 570 ha, se décomposant principalement en 3 960 ha de pommes de terre, 2 378 ha en légumes, et 234 ha en plants. Ces surfaces ont donné un peu plus de 165 000 tonnes de pommes de terre, dont un peu plus de 62 % pour le marché de la chips, à peine 28 % pour le marché de la frite et le solde à destination des flocons. Sur cette production de pommes de terre, 68 % ont été travaillées hors de France, principalement sur la Belgique, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Royaume Uni, et un peu au Pakistan. «Plus de 32 000 tonnes destinées au marché de la chips sont lavées en exploitation sur nos laveuses mobiles», a précisé le président. Côté légumes, «la production de jeunes carottes (29 280 tonnes) est essentiellement destinée à la France pour 71 %. Nous apportons sur cette production un service majeur pour nos clients, puisque qu’elle est livrée lavée et prête à l’emploi pour 57 % des tonnages, après le passage à notre station de lavage de Marchais et dans les fermes du Sud-Ouest pour les productions faites sur API». Les grosses carottes (un peu plus de 7 000 tonnes) sont travaillées pour 2/3 sur l’Hexagone, le solde étant majoritairement travaillé en Belgique. Les légumes verts (8 300 tonnes) sont livrés pour un peu plus de 20 % en France, le reste est exporté en Belgique et aux Pays-Bas. Les oignons (un peu plus de 8 000 tonne s ) et les salsifis (3 400 tonnes) sont, quant à eux, transformés en France. Enfin, le président Béguin a expliqué que la production de plants de pommes de terre a couvert 50 % des plantations, soit 2 105 des producteurs d’Expandis. Le solde de la fourniture de plants a été réalisé avec des contrats de production incluant la fourniture de ces plants et quelques achats. «Comme chaque fois, des variétés nouvelles ont été testées en développement.» Avant d’ajouter : «L’ensemble de cette activité a généré un chiffre d’affaires pour Expandis d’un peu plus de 45 millions d’euros en augmentation par rapport à l’an dernier.» Conclusion : «Cette campagne 2014-2015 a été bonne en légumes et dans la moyenne des cinq dernières années pour les pommes de terre. Celles-ci ont vu l’intégralité des tonnages commercialisés et valorisés, malgré le contexte très particulier de l’année avec un marché libre très déprimé. Notre politique de contractualisation et nos bonnes relations commerciales en France et en Europe, ont permis de parvenir à ce résultat honorable.»

Poursuivre les évolutions

«La qualité de nos légumes et la garantie en quantité que nous apportons à nos clients sont la clé de voûte de toute notre organisation », a rappelé Pierre Klein, vice-président d’Expandis et président de Prim’Allia. «Nous proposons également de nombreux services qui permettent de bien rémunérer les producteurs.» Ce positionnement a fait, depuis sa création, la réussite d’Expandis, et il est aujourd’hui imiter par d’autres concurrents. «Notre double défi aujourd’hui consiste à la fois à maintenir notre qualité, campagne après campagne, sans dérive, sans laxisme et à la fois réfléchir à un renouvellement de notre originalité.» C’est pourquoi «les conseils d’administration doivent faire preuve de créativité pour trouver de nouveaux services, de nouvelles approches, de façon à maintenir le temps d’avance que nous avions et que nous avons encore». Pour ce faire, ils travailleront, lors d’un séminaire en janvier, sur la pertinence de l’architecture de l’ensemble de l’organisation et sur la mise en place de nouveaux services renforçant la qualité de l’intermédiation afin d’améliorer la rémunération des producteurs. Pierre Klein s’est, par ailleurs, félicité de la baisse considérable des charges de structure de 10 % en deux ans, «un effort remarquable de gestion au quotidien de l’ensemble des dépenses». L’Union Expandis est donc en bonne santé financière et poursuit ses évolutions pour rester leader sur le marché des pommes de terre et des légumes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui