L'Oise Agricole 13 novembre 2015 à 08h00 | Par FDSEA

Le prix payé n’est pas le juste prix

REACTION : Alain Gilles, président de la section lait

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © OA

Nous souffrons depuis des mois de prix du lait trop bas. Nos actions de relevés de prix et d’interventions auprès des entreprises laitières ont relevé, s’il en était besoin, le manque de transparence sur la formation des prix et la répartition des marges.

Aujourd’hui, le prix payé aux producteurs ne permet pas de couvrir les charges, de rémunérer le travail, de financer les investissements. C’est un prix inacceptable car non durable et non équitable.

Les actions engagées depuis le début de l’année ont conduit à un accord conclut le 24 juillet dernier. Oui, il y a bien eu un accord, n’en déplaise à tel ou tel patron de groupe laitier. Oui, Xavier Beulin a dit la vérité sur le prix du lait. Nous savons d’ailleurs aujourd’hui que la grande distribution dans sa grande majorité a payé ce qu’elle devait.

Et les entreprises de transformation ? Nous demandons la transparence, entreprise par entreprise, afin que chaque éleveur ait la répercussion du prix payé par la grande distribution.

La revalorisation du prix du lait est une urgence. Mais elle ne sera pas le résultat de discours incantatoires. Le prix, ça se construit. Nous devons être clairement mobilisés en ce sens aujourd’hui et avec une stratégie de structuration.

Nous sommes en colère. En colère d’entendre les discours des entreprises et de constater les prix payés.

En colère de voir l’État qui n’arrête pas de rajouter des contraintes.

En colère de ne jamais entendre un ministre qui ne fait pas son job. Oui, nous demandons sa démission. Elle n’a que trop tardé. Et si cela n’est pas entendu, que cela soit clair, nous sommes allés à Paris en septembre ? Nous pouvons encore sortir de nos fermes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui