L'Oise Agricole 30 novembre 2016 à 08h00 | Par FXS

Le «paquet lait», avant-goût de la Pac post-2020

Les mesures appliquées depuis 2012 pour renforcer la position des producteurs dans la chaîne alimentaire méritent d'être prolongées au-delà de 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Alain Schroeder

Mises en oeuvre en octobre 2012 à la suite de la crise de 2009, les dispositions destinées à renforcer la position des éleveurs dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire ont eu un effet positif et, pour que leur potentiel puisse se concrétiser pleinement, avec plus de moyens, leur application devrait être prolongée au-delà du 30 juin 2020, selon le second rapport sur le «paquet lait» qui, présenté le 24 novembre par la Commission européenne, insiste notamment sur la nécessité de favoriser les mesures collectives des producteurs allant au-delà de la négociation avec les premiers acheteurs.

Dans ses conclusions, le groupe de travail (task force) présidé par Cees Veerman, ancien ministre néerlandais de l'Agriculture, considère que les modalités du «paquet lait» pourraient être étendues à d'autres secteurs agricoles pour promouvoir l'organisation des producteurs, en les aidant notamment à surmonter les incertitudes liées aux règles de la concurrence.

La Commission pourrait donc présenter l'année prochaine une proposition législative pour proroger et adapter le «paquet lait» et concrétiser les recommandations de la task force, ce qui constituerait une première étape de la réforme pour la Pac post-2020.

 

Le rôle des OP

Alors que le premier rapport sur le «paquet lait» avait été publié en juin 2014, le second ne devrait l'être qu'en 2018, mais la Commission avait proposé en septembre 2015 de l'avancer, compte tenu de la nouvelle crise du secteur.

Sa présentation coïncide, de plus, avec la volonté de l'actuelle présidence slovaque du Conseil de l'Union européenne de travailler en priorité sur le fonctionnement de la chaîne alimentaire au cours de ce semestre. Le rapport constate que les contrats de livraison obligatoires ont été largement mis en oeuvre dans les Etats-membres comptant une faible part de coopératives. Cet instrument, qui officialise les relations entre producteurs et transformateurs, représente 41 % du lait livré dans l'Union européenne.

Des organisations de producteurs (OP) sont reconnues dans onze Etats-membres et, pour la plupart, elles font beaucoup plus que négocier les prix et les livraisons, relève par ailleurs la Commission. 80 % d'entre elles fournissent un ou plusieurs services apportant une valeur ajoutée en plus de l'approvisionnement du lait, ou appuient les activités des producteurs (collecte, contrôle de la qualité, soutien technique, approvisionnement conjoint d'intrants). Des initiatives qu'il faut valoriser, souligne le rapport.

 

Aucune violation de concurrence signalée

Considérées par les agriculteurs comme l'un des principaux avantages de l'adhésion à une OP, les négociations collectives avec les premiers acheteurs sont devenues réalité essentiellement en Allemagne, en France, en République tchèque et, dans une moindre mesure, en Espagne, au Royaume-Uni et en Bulgarie, sans qu'aucune violation de concurrence ne soit signalée, précise la Commission.

La régulation de l'offre pour les fromages bénéficiant d'une AOP ou d'une IGP donne, selon le rapport, des résultats positifs dans les deux Etats-membres (France et Italie), où elle a été introduite, assurant notamment la protection de la production dans les régions défavorisées. Parallèlement, note la Commission, les organisations interprofessionnelles contribuent à une plus grande transparence sur l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, et ont prouvé leur utilité dans un vaste éventail d'activités (définition de contrats normalisés, promotion et conseils techniques).

Enfin, la déclaration obligatoire des livraisons de lait assure un système d'information fiable sur les volumes, tout en accélérant considérablement la diffusion des données.

 

Octroyer aux OP un statut privilégié

Reste que, s'il est généralement reconnu, le potentiel de deux instruments clés du «paquet lait», les OP et les négociations collectives, n'est pas encore totalement ex - ploité, constate le rapport, qui recommande d'envisager différentes mesures financières, opérationnelles ou pédagogiques à l'échelle de l'Union européenne et des Etats-membres.

Des mesures auxquelles devrait s'ajouter l'élargissement du rôle des organisations interprofessionnelles. Un statut privilégié pourrait ainsi être octroyé aux OP par rapport aux producteurs individuels éligibles aux aides : primes, critères d'admissibilité, taux de cofinancement supérieurs, mais aussi avantages fiscaux au niveau national.

Elles pourraient aussi bénéficier d'un financement supplémentaire si elles atteignent des objectifs en matière de négociations collectives ou dans d'autres activités. Leur regroupement en associations pourrait également être favorisé.

Autre possibilité : obliger les éleveurs à adhérer à une OP pour pouvoir livrer via celle-ci l'ensemble ou une quantité minimale de leur lait, ou bien obliger les acheteurs à négocier avec les OP elles-mêmes et non pas avec ses membres pour éviter tout contournement de la négociation collective. Par ailleurs, les conditions et exigences administratives pour la reconnaissance des OP pourraient être révisées afin de définir des tailles minimales raisonnables, tout en évitant des discriminations entre producteurs dans les différents Etats-membres en raison de critères divergents.

 

Les Etats-membres appelés à agir

Pour leur part, les Etats-membres sont encouragés par la Commission à modifier leurs programmes de développement rural pour, dans le cas de ceux qui ne l'ont pas encore prévu, appuyer la mise en place des OP. Et à stimuler la création de ces organisations en insistant sur les mesures collectives allant au-delà de la négociation et en renforçant leurs poids dans la chaîne d'approvisionnement du lait.

Enfin, sur le plan pédagogique, le rapport suggère notamment des campagnes visant à sensibiliser davantage les producteurs et les transformateurs sur le fonctionnement et le potentiel des OP (possibilités de financement dans le cadre des programmes de développement rural...), ainsi que des ateliers avec des experts nationaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui