L'Oise Agricole 20 juillet 2017 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi, Dominique Lapeyre-Cavé

Le début de moisson est rassurant

La moisson 2017 a débuté depuis quelques semaines, plus précoce pour toutes les cultures. Les premiers rendements sont moyens, mais la qualité semble enfin au rendez-vous.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Commencée plus tôt qu’habituellement, cette moisson 2017 laissait craindre quelques déceptions suite au gel tardif et aux fortes chaleurs de juin. Il semble, pour ce qui est récolté, que les rendements soient dans la moyenne et que la qualité au rendez-vous. En espérant que ces tendances se vérifient pour tous les secteurs. (© Dorian Alinaghi)

L’année dernière, les récoltes ont été fortement touchées par les intempéries. Mais l’année 2017 n’a pas été de tout repos pour les agriculteurs. Le mois de juin a battu tous les records de températures avec des pics de chaleur très précoces, ce qui a provoqué l’échaudage des récoltes sur pied. De même, pour le gel tardif qui a causé quelques dégâts dans certaines parcelles. Ou bien des averses de grêle localisées qui ont détruit des récoltes, de colza notamment. Autant dire qu’avec un tel historique, c’était l’année de toutes les craintes. Mais le soulagement commence à se faire sentir à ce stade de la moisson.

Les coopératives ne sont pas inquiètes

Le 12 juillet, FranceAgriMer a souligné qu’« il n’y avait pas d’inquiétude particulière » sur la qualité de la moisson. Le président du conseil spécialisé céréales, Rémi Haquin, a déclaré qu« il y aura du blé de suffisamment bonne qualité».

Dans l’Oise, sur le secteur Ucac, les rendements sont moyens. « En ce qui concerne les pois d’hiver et de printemps, l’escourgeon et le blé, les rendements sont dans la moyenne. Cependant, le colza bénéficie d’un bon résultat» indique Denis Grison, directeur général de la coopérative.

Même son de cloche chez Valfrance qui collecte plus dans le Sud-Est du département. Si le coup de feu se déroule à l’heure où sont écrites ces lignes, les premières remontées sont encourageantes. Les blés se récoltent de 60 à 100 q/ha, avec un fort décrochage pour les petites terres et les blés de betteraves. Avec des PS hauts et un bon taux de protéines, c’est le soulagement quant à la qualité. Mais Hugues Desmet s’inquiète sur les conséquences négatives que pourraient avoir de prochains épisodes orageux ou pluvieux. Chez Agora, le 18 juillet, 50 % des blés étaient récoltés et si les rendements finiront sans doute dans la moyenne décennale. Guillaume Paepegaey se réjouit de la belle qualité qui s’annonce, gage d’une commercialisation facilitée : 78 de PS à cette date, 12,3 de protéines, un Hagberg supérieur à 300. Du côté de SCA de Milly, Arnaud Clément, directeur de la coopérative, est plutôt satisfait. «En général, les résultats restent corrects.» souligne-t-il. «Les escourgeons ont un rendement moyen mais la qualité est présente. Pour le blé, le rendement est assez hétérogène. Les résultats varient entre 60 q/ha et plus de 100 q/ha. Pour le moment, la moyenne est de 85 q/ha. Concernant les pois, le rendement et la qualité sont satisfaisants. Pour le colza, malgré les averses de grêle, le rendement est bon. On est autour de 40 q/ha.»

Escourgeons et colzas : pas mal

Pour ce qui est déjà récolté, les rendements en orge d’hiver sont corrects et avec une qualité également satisfaisante même si un tiers des orges brassicoles est déclassé sur le secteur Agora du fait d’un taux de protéines trop élevé, ce qui ne semble pas être le cas sur le secteur Valfrance.

Les premiers colzas ont apporté leur part de satisfaction avec des rendements corrects, autour de 40 q/ha et un bon taux en huile. Mais à peine la moitié est récoltée et des surprises peuvent encore intervenir. Les pois, dont la sole ne cesse de diminuer, affichent des rendements dans la moyenne : 50 q pour les pois de printemps et 60 pour ceux d’hiver. Quant aux orges de printemps déjà récoltées, elles se situent autour de 75-80 q/ha, mieux que la moyenne, avec un calibrage de 85 et un taux de protéine autour de 11. Il reste à attendre l’avancée de la moisson dans les secteurs de l’Oise plus septentrionaux pour confirmer cette relative bonne impression que donnent ces premières tendances. On voudrait tant y croire.

 

Frédéric et Olivier Traen, agriculteurs en EARL à Bresles
Frédéric et Olivier Traen, agriculteurs en EARL à Bresles - © Dominique Lapeyre-cAve

«La moisson 2017 va aider à digérer 2016»

Nous avons fini notre moisson hier soir, le 18 juillet, avant les orages annoncés et nous sommes plutôt rassurés. Nous avons commencé à récolter les escourgeons le 24 juin, puis avons enchaîné les pois de printemps, les blés, les orges de printemps puis les colzas et à nouveau les blés. Il y a eu des interruptions à cause des épisodes pluvieux mais, dans l’ensemble, tout s’est bien déroulé.

Les résultats sont bons et au delà de nos espérances car les gels tardifs ont détruit des hampes florales de colza et les fortes chaleurs ont grillé quelques parcelles de blé. Mais nous finissons à 85 q/ha en blé, 82 en orges de printemps,

94 q/ha en orges d’hiver brassicoles et 92 en fourragères, 51 en pois de printemps. Seul le colza fait ombre au tableau avec seulement

33 q/ha de moyenne, ce qui est assez décevant. Les blés de betteraves sont très en dessous, sans doute à cause de faibles réserves hydriques et il semble qu’il y ait eu un effet précédent et aussi variétal. Par contre, côté qualité, nous obtenons d’excellents PS, autour de 76-77, et un taux de protéines de 13.

Cette récolte fait du bien au moral et nous attendons qu’elle fasse aussi du bien au portefeuille de notre ferme bien malmenée en 2016. Espérons que la qualité sera valorisée par les organismes stockeurs.

Marie Chantrelle, agricultrice à Fouquerolles
Marie Chantrelle, agricultrice à Fouquerolles - © Dorian Alinaghi

«On ne pouvait pas faire pire que l’année dernière»

Malgré les intempéries de cette année, la grosse chaleur du mois de juin qui a accéléré la maturité des blés, et la grêle qui a touché mes parcelles, je m’attendais à pire au niveau du rendement, mais le résultat est assez moyen. Je reste tout de même satisfaite. Dans tous les cas, on ne pouvait pas faire pire que l’année dernière.

Je ne suis pas déçue de mes escourgeons, le rendement reste convenable. Par contre, je suis assez déçue pour le blé sur blé qui a un mauvais rendement. La mauvaise météo de l’année a causé beaucoup de dommages sur cette parcelle.

La bonne surprise a été mon colza, la qualité est plutôt bonne et la parcelle n’a pas subi tant de dégâts. En ce qui concerne les normes à respecter, je rentre complètement dans les critères. C’est un soulagement. Même si la moisson a été un peu précoce cette année, globalement il n’y a pas d’inquiétude sur la qualité.

Nous aurons bientôt fini notre moisson. Ça ne comblera pas l’année précédente mais, pour mon exploitation, je suis assez contente. Malgré le fait que dans certaines zones, il y a eu de graves sinistres et parfois des parcelles qui ont subi 100 % de dégâts… J’espère que l’année prochaine, le climat nous sera plus favorable pour une meilleure moisson.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui