L'Oise Agricole 01 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

Le coeur de gamme, une solution gagnant-gagnant

Auprès des producteurs de Vendée, le 24 août, les présidents de la FNB et de la FNSEA ont mis en avant la démarche «Coeur de gamme», pour une meilleure valorisation de la viande bovine dans la grande distribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Xavier Beulin et Jean-Pierre Fleury devant les éleveurs de Vendée, à Saint-Martin-des-Noyers, le 24 août dernier.
Xavier Beulin et Jean-Pierre Fleury devant les éleveurs de Vendée, à Saint-Martin-des-Noyers, le 24 août dernier. - © Actuagri

Si 2016 s’est avérée désastreuse pour la majorité des productions agricoles, le marasme des filières animales était déjà profond en 2015. Touchée en plus par les conséquences de la crise laitière et l’afflux de vaches de réformes sur le marché, la filière viande bovine doit absolument se renouveler pour sortir de la crise et redonner espoir à de nombreux éleveurs au bord du gouffre.

Le 24 août, à Saint-Martin-des-Noyers, en Vendée, le ton n’était pas aux lamentations, mais aux revendications: les éleveurs allaitants se sont réunis autour de Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine (FNB) et de Xavier Beulin, président de la FNSEA, pour mettre en avant leurs exigences et dresser des perspectives.

La situation difficile exige des mesures d’urgence: retrait de la consommation des animaux en état d’engraissement, mise en place d’un dispositif de régulation, par les éleveurs, des sorties exploitations des femelles allaitantes, approvisionnement des établissements publics en viande française uniquement, développement d’une politique d’export basée sur la valeur.

L’accompagnement des éleveurs en crise, par un financement optimisé ou des dispositifs de soutien, fait également partie des demandes incontournables de la profession. A plus long terme, les éleveurs défendent néanmoins une nouvelle logique de filière, gagnant-gagnant avec les distributeurs.


Remettre la qualité à l’honneur

«Nos produits sont notre fierté. Pourquoi certains en tireraient de la valeur, mais pas les producteurs ?», demande ainsi Xavier Beulin. C’est dans cet esprit que la démarche Coeur de Gamme a été lancée il y a quelques mois par la FNB. Pour Jean-Pierre Fleury, il faut impérativement en faire une nouvelle norme de qualité.

Actuellement, en grandes surfaces, la commercialisation de la viande bovine se caractérise par une forte indifférenciation des produits, avec de la viande issue de vache de réforme au même niveau que la viande issue de races allaitantes. Une segmentation des produits, de l’entrée de gamme au premium en passant par le coeur de gamme, permettrait une meilleure compréhension et, surtout, une meilleure valorisation des races à viande auprès de consommateurs souvent déçus par la viande bovine et en demande de signes de qualité.

Pour les éleveurs, il s’agit d’un véritable levier d’inversion de la logique commerciale au sein de la filière, aujourd’hui entraînée par une logique de prix bas et de perte de valeur. Si, pour le moment, seul Système U semble jouer le jeu, la FNB pousse la discussion auprès des enseignes de la grande distribution et incite les éleveurs à négocier auprès des magasins sur le terrain.

Quoi qu’il en soit, les éleveurs ont bien l’intention de reprendre la main dans la valorisation de leur production. Les former à cette négociation fait d’ailleurs partie des treize exigences de la FNB et de la FNSEA pour passer la crise et construire l’avenir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui