L'Oise Agricole 30 mars 2017 à 08h00 | Par Agrapresse

Le Brexit, opération à risque pour le financement de la Pac

L’impact sur les échanges Royaume- Uni/continent et sur le budget de la Pac: deux préoccupations majeures des agriculteurs européens face au Brexit déclenché le 29 mars par Londres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Thierry Michel

Le gouvernement britannique a annoncé le 20 mars son intention d’activer le 29 mars - quatre jours après la commémoration du 60e anniversaire des traités de Rome - l’article 50 du traité européen, ce qui lancera officiellement le processus de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Les organisations et coopératives agricoles des Vingt-huit (Copa-Cogeca) ont eu l’occasion, dans cette perspective, de faire part de leurs inquiétudes à Michel Barnier, négociateur en chef de la Commission de Bruxelles pour le Brexit et ancien ministre français de l’Agriculture. Elles demandent que les pourparlers entre Bruxelles et Londres, qui doivent durer deux ans, préservent la solidarité de la communauté agricole européenne, malgré d’évidents défis politiques.

Le Royaume-Uni étant un contributeur net au budget de l’Union européenne, le départ de cet Etatmembre risque de se traduire, sur les bases actuelles, par «une réduction de trois milliards d’euros» du budget de la Pac, selon le commissaire européen à l’agriculture Phil Hogan.

Son collègue chargé du budget, Günther Oettinger, prévoyant pour sa part la nécessité «d’un réalignement et de réductions pour certains programmes (agricoles)».

 

Perturbation des échanges

Outre cette inconnue budgétaire, les organisations agricoles des Vingt-huit ont fait part à Michel Barnier de leur détermination à «travailler pour que l’impact du Brexit sur les échanges soit minimisé ».

Des échanges qui pourraient être entravés par l’instauration de barrières douanières ou sanitaires entre le Royaume-Uni et les Vingtsept, mais aussi souffrir de la concurrence exercée par les accords commerciaux que Londres entend négocier avec nombre de pays tiers. Une concurrence tout aussi inquiétante pour les agriculteurs et consommateurs britanniques, selon Phil Hogan.

Le commissaire européen estime, par exemple, qu’un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis «entraînera inévitablement un abaissement des normes alimentaires, ce qui pourrait conduire à l’introduction de boeuf aux hormones ou de poulet chloré» sur le marché britannique.

 

Commerce, mais aussi intégration

Les importations agro-alimentaires du Royaume-Uni - viandes, fromage, céréales, fruits, légumes et boissons - sont de l’ordre de 57 milliards d’euros par an. Elles proviennent à 90% des Vingt-sept, dont 70% de cinq principaux fournisseurs: France, Pays-Bas, Irlande, Allemagne et Espagne. Avec des volumes (135.000 tonnes de fromage, 960.000 tonnes de porc...), qui sont proportionnellement plus élevés que ceux exportés vers la Russie avant l’embargo de 2014.

Dans ce secteur, le Royaume-Uni, qui exporte essentiellement des viandes, des produits laitiers, des céréales et des confiseries, enregistre un déficit commercial de plus de 20 milliards d’euros. A ces échanges traditionnels s’ajou te l’intégration de la chaîne d’approvisionnement alimentaire des deux côtés de la Manche et entre le Royaume-Uni et l’Irlande, qui pourrait être mise à mal.

Par exemple, l’industrie laitière britannique utilise des unités de transformation en dehors du Royaume-Uni, en Irlande surtout, et certaines coopératives d’origine irlandaise, danoise ou suédoise pourraient perdre leurs membres britanniques.

 

Des importations à la charge des Vingt-sept

Le Royaume-Uni est aussi l’une des destinations européennes préférées des pays tiers fournisseurs dans le cadre des accords de l’OMC et avec les Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) conclus par l’Union européenne, ont aussi souligné les organisations agricoles des Vingt-huit, lors de leur échange de vues avec le négociateur en chef de la Commission de Bruxelles pour le Brexit.

Selon elles, le retrait du Royaume-Uni de l’Union laisse potentiellement disponibles sur le marché de l’Union européenne à Vingt-sept 700.000 tonnes de sucre, 12.000 tonnes de beurre, 12.000 tonnes de fromage, 85.000 tonnes de viande ovine, 230.000 tonnes de volaille et 16.000 tonnes de viande bovine. La question est: qui remplacera ces fournisseurs?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui