L'Oise Agricole 16 novembre 2017 à 09h00 | Par Delphine Jeanne

Lancement d’un contrat de solutions

Une trentaine d’organisations agricoles menées par la FNSEA travaillent collectivement à une trajectoire de progrès dans le but de dépasser, à terme, les objectifs du plan Ecophyto.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert et les représentants d’une partie de la trentaine d’organisations agricoles impliquées dans la démarche collective de progrès pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires.
Christiane Lambert et les représentants d’une partie de la trentaine d’organisations agricoles impliquées dans la démarche collective de progrès pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires. - © REUSSIR

Alors que se déroulent actuellement les ateliers du chantier 2 des États généraux de l’alimentation, et face aux attentes fortes de la société, mais aussi des agriculteurs sur le sujet de la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, la FNSEA et une trentaine d’organisations partenaires* ont présenté, le 14 novembre, leur démarche collective de progrès. A travers un «contrat de solutions», dont la rédaction sera finalisée au premier trimestre 2018, il s’agit de montrer que «nos organisations ne sont pas dans le déni : nous travaillons à la recherche de solutions», a rappelé Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.

Comment faire pour réduire l’utilisation de ces produits dont la société, comme l’illustre le débat actuel autour de la ré-autorisation du glyphosate, ne veut plus en-tendre parler, tout en continuant à lutter efficacement contre les maladies, les adventices, les ravageurs ? Pour Eric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA et responsable du dossier Environnement, «la solution réside dans la combinaison d’un certain nombre de mesures» que sont la recherche variétale, la robotique, l’agriculture de précision, ou encore le biocontrôle. «Aujourd’hui, la prise de conscience des agriculteurs sur ces sujets-là est évidente», ex-plique, de son côté, Claude Cochonneau, président de l’APCA, regrettant cependant que «plus les agriculteurs font des efforts, plus ils sont critiqués : il faut de la sérénité dans ces débats, et la société doit être co-contractante», estime-t-il. Car l’élaboration de solutions alternatives prend du temps. «Nous avons la chance en France d’avoir une recherche fondamentale encore assez forte, souligne Sébastien Windsor, vice-président de l’Acta. Le vrai enjeu maintenant, c’est d’en transmettre les résultats aux agriculteurs le plus vite possible.»

Les progrès sont réels, par exemple sur le colza. 70 % des agriculteurs qui en cultivent ont avancé de cinq à dix jours leurs dates de semis, ce qui permet de rendre la plante plus forte face aux adventices.

Un appui du gouvernement

Il faut cependant être conscient que les interdictions trop rapides de certains produits peuvent avoir des conséquences négatives sur l’environnement. Ainsi, aucune alternative efficace n’existe face au glyphosate : l’interdire dans les trois ans, alors qu’il faudrait au moins sept ans à l’Inra pour élaborer une véritable alternative technique, conduirait à utiliser de nouveau des substances abandonnées il y a plus de dix ans en raison de leur nocivité. Ou alors, ce sont les importations qui peuvent être favorisées, comme pour les légumes dont les surfaces en France sont en déclin depuis vingt ans «face à la disparition des solutions de travail sur les plantes», explique Eric Thirouin.

C’est pourquoi les organisations veulent présenter ce plan au gouvernement d’ici la fin de l’année. Il s’agit notamment d’obtenir un soutien sur les investissements nécessaires à la recherche, sujet qui correspond d’ailleurs à l’atelier 14 des États généraux de l’alimentation, coprésidé par Philippe Mauguin, PDG de l’Inra. Les organisations demanderont aussi des avancées au niveau réglementaire, pour lever certains freins à l’innovation, à la recherche et à l’homologation. «Nous allons également associer les organisations de la société civile à la réflexion», indique Christiane Lambert. Les organisations partenaires doivent, dans les semaines qui suivent, répondre à dix questions sur les solutions possibles, les objectifs, le calendrier correspondant, ce qui servira de base à la rédaction des engagements de ce contrat de solutions.

* Parmi ces organisations : la FNSEA, la FNPF, la Fnams, la Fop, l’Acta, la FNSACC, la FN3PT, Légumes de France, Jeunes Agriculteurs, l’AGPM, le Gnis, Farre, la FNA, IBMA, l’UIPP, l’UNPT, la CGB, Axema, Vivea, la FNPHP, Trame, l’APCA, Coop de France, l’AGPB, l’ANPLC…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui