L'Oise Agricole 30 avril 2015 à 08h00 | Par Oise Agricole

La volatilité des prix au menu des coopératives laitières

Les coopératives laitières plaident pour la mise en place de systèmes assurantiels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ATHERINE PERROT

La Fédération nationale des coopératives laitières (Fncl) avait choisi la volatilité des prix comme thème de réflexion de son assemblée générale qui s’est tenue à Paris, le 23avril. La fin des quotas laitiers et l’internationalisation des marché sont en effet considérablement modifié la donne des coopératives habituées jusqu’à présent à une gestion administrative du marché du lait. Pour Dominique Chargé, le président, «la gestion de la volatilité ne pourra se passer de l’intervention des pouvoirs publics en cas d’amplitude extrême sur les marchés». Aussi la Fncl plaide-t-elle pour la création d’indicateurs euro

péens «réactifs et efficaces», dans le cadre de l’Observatoire européen du secteur laitier. Elle se prononce également en faveur d’un système de gestion de crise beaucoup plus opérationnel qu’il ne l’est aujourd’hui pour faire face à des évènements aussi soudains qu’imprévisibles. Par exemple l’embargo russe. Surtout, les coopératives laitières voudraient peser sur l’élaboration de la prochaine Pac en 2020 en prévoyant le transfert d’une partie des aides directes vers un substantiellement. Le président ne cache pas sa préférence pour un mécanisme d’assurance marge, à l’image de ce qui a été décidé aux Etats-Unis pour les producteurs de lait.

 

Aide à la collecte

 

Les coopératives craignent également que la suppression des quotas laitiers signe l’abandon de la production dans les zones de montagne et défavorisées. Aussi la Fncl plaide-t-elle pour la création soit d’une aide à la collecte versée aux entreprises, soit d’une aide à l’acheminement versée aux producteurs. La réponse pourrait venir de fonds européens et des régions. Il est également un sujet qui préoccupe les coopératives : l’information nutritionnelle des aliments préconisé par la loi santé actuellement en discussion au Parlement. Le conseiller du ministre a assuré qu’il était hors de question que les produits laitiers«soient stigmatisés». Le risque étant que les fleurons de la gastronomie française (Camembert, Comté,Epoisses et autres….) soient mis au rancart car trop gras ou trop salés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui