L'Oise Agricole 24 août 2017 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

La ruche qui révolutionne l'agriculture !

«La ruche qui dit oui» est une plateforme qui met en relation producteurs locaux et consommateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Magali Bertot, reine de la ruche de Maisoncelle dans l'Oise.
Magali Bertot, reine de la ruche de Maisoncelle dans l'Oise. - © Dorian Alinaghi

Les «ruches» se multiplient dans le département depuis six ans. L'Oise n'échappe pas à la conquête de ces ruches, heureusement ! Il n'est pas question ici d'apiculture, mais d'un marché en ligne. C'est une plateforme sur internet qui met en relation les producteurs locaux avec une communauté de particuliers qui veulent faire leurs courses ailleurs que dans les supermarchés. Mais le concept principal de la ruche est de privilégier le circuit court.

Créées en 2011 en France, il existe plus de 800 «ruches» mais nous avons rencontré la reine de la ruche de Maisoncelle-Saint-Pierre, Magali Bertot. « Suite à un licenciement, j'ai adhéré au concept original de cette plateforme. Cela permet aux personnes de mieux se nourrir mais avant de redonner vie au village. Ce que je cherche avec cette ruche, c'est la proximité. Il s'agit de recréer une relation entre producteurs et consommateurs avec des produits locaux de qualité. Les membres peuvent alors commander des produits 24 h sur 24 sur le site internet et ensuite aller chercher leurs produits» explique-t-elle.

Une fois par semaine, le mardi soir, un marché éphémère, situé dans le théâtre de Maisoncelle, débarque durant lequel les producteurs viennent livrer les commandes pour les consommateurs. «Le propriétaire du théâtre me prête sa grange pour ouvrir ce marché. Ainsi, pendant une heure et demi, les consommateurs viennent récupérer leurs produits et ils sont rassurés de voir qu'ils sont de qualité» ajoute-t-elle.

Cependant, tous les agriculteurs ne sont pas adhérents à la Ruche. Chaque agriculteur doit signer une charte et éthique à respecter. Il faut que les agriculteurs produisent eux-mêmes et que les produits ne soient pas transformés. «C'est ce que demandent les membres de la Ruche. Ils veulent savoir d'où viennent les produits, comment sont-ils cultivés et élaborés». Qui plusbest, le site ne propose pas un quota précis d'achat. «Les membres sont libres de commander en quantités ou non. Ils peuvent, soit acheter un pain et une salade ou bien faire entièrement leurs courses à la ruche. De plus, ils ne sont pas obligés de commander toutes les semaines et ne sont pas uniquement affiliés à une ruche, ils peuvent appartenir à plusieurs ruches. Du côté des agriculteurs, l'avantage, c'est qu'ils repartent sans invendus, ils apportent simplement les produits qui ont été commandés.» Par ailleurs, le but de cette ruche n'est pas de faire de la concurrence entre agriculteurs et entre ruches. Les producteurs fixent eux-mêmes leur prix. «La ruche qui dit oui» continue à prendre de l'ampleur sur tout l'Hexagone. Magalie a également pour ambition de se développer en ouvrant une nouvelle ruche sur les prochains mois.

Si vous souhaitez alors être membre de la ruche, l'inscription est gratuite et sans engagement sur https://laruchequiditoui.fr/fr. Il ne vous reste plus qu'à devenir une abeille productrice ou consommatrice.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui