L'Oise Agricole 14 octobre 2016 à 08h00 | Par Bernard Leduc

La liberté très surveillée des propriétaires forestiers

Lors de l’assemblée générale du syndicat Forestiers privés de l’Oise, son président, Denis Harlé d’Ophove, a rappelé les trop nombreuses contraintes que subissent les propriétaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Bernard Leduc

Assainissement des parcelles humides, documents d’urbanisme, fiscalité, contraintes environnementales, gestion des coupes… dans tous ces domaines, les activités sylvicoles sont étroitement encadrées par une réglementation toujours plus pesante.

Les forestiers subissent aussi la pression foncière, en particulier sur le tracé du futur canal à grand gabarit Seine-Nord Europe, qui impacte fortement la forêt dans ce secteur très boisé de l’Oise: 60 à 100 ha seraient concernés, en fonction du tracé définitif. Les propriétaires forestiers s’attendent donc à des expropriations et à des mesures de compensation par une obligation de boisement, pour laquelle ils demandent une autre mesure, pour l’amélioration des peuplements existants.

Ils rappellent d’ailleurs que s’il y a compensation sur des surfaces à boiser, cela devrait se faire sur des terres agricoles. Rien n’est acté sur ce dossier et le syndicat est très vigilant sur l’avancement du projet, en participant aux discussions avec Voies Navigables de France et la DDT. Les forestiers soulignent l’intérêt de ce projet, qui devrait apporter une baisse des charges de transports du bois pour l’export au port d’Anvers, ou des bois ou co-produits du bois pour l’énergie sur la région parisienne.

Le sujet des cours d’eau et de leur cartographie a de nouveau été évoqué, Marie Pillon rappelant que des travaux d’entretien ou de curage ne sont possibles que pour des fossés qui ne sont pas en zones humides, sauf dérogations expresses.

Elle rappelait par ailleurs les dégâts de gibier en forêts, dégâts irréversibles dans les jeunes plantations ; il serait souhaitable que les propriétaires forestiers soient plus nombreux à répondre aux enquêtes sur les dégâts ou surdensités locales constatées en gros gibier, pour mieux gérer en amont les plans de chasse qui pourraient permettre un meilleur équilibre sylvo-cynégétique.

La valorisation des bois relève aussi de la réflexion au sein de Forestiers privés de l’Oise, bien que la commercialisation soit la mission première de la coopérative Nord-Seine Forêt, dont la section Oise s’était réunie juste avant cette assemblée générale qui se déroulait au château du Fayel.

La valorisation est à rechercher à la fois par un volume minimal, et sur l’ensemble des produits du bois, y compris les parties de l’arbre pour la destination énergie ou chauffage, grâce à la trituration par exemple. Il était rappelé à ce sujet que des aides sont proposées aux propriétaires forestiers, pour des AMI (appels à la manifestation d’intérêt) ; ces AMI visent à faire émerger des projets collaboratifs permettant la mise en œuvre d’actions innovantes et structurantes pour favoriser la mobilisation de bois additionnel pour les chaufferies biomasse, tout en favorisant la gestion multifonctionnelle des forêts.

Les travaux, aidés à hauteur de 40% sur le montant HT, peuvent porter sur l’amélioration des peuplements, l’entretien des cloisonnements, la création d’aires de dépôt…

Après cette assemblée générale, une cérémonie était organisée pour la remise de la médaille d’officier du Mérite agricole à Denis Harlé d’Ophove par Xavier Bertrand, président du Conseil régional, qui en a ainsi eu l’occasion de présenter les réflexions menées au niveau régional pour «s’appuyer sur les propriétaires privés» dans les décisions, pour «bâtir une nouvelle stratégie» pour l’équilibre sylvo-cynégétique et dégager des moyens financiers supplémentaires pour développer les entreprises de première transformation.

Xavier Bertrand disait aussi que les propriétaires forestiers doivent être «les partenaires naturels» du Conseil régional pour sa «nouvelle politique environnementale», faisant allusion au SRCE qui «ne sera pas comme avant». Il faut rappeler que le SRCE avait été adopté pour l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais, pas en Picardie.

Les forestiers sont à la fois des propriétaires et des sylviculteurs, disait-il, en assurant que «nous ne laisserons pas faiblir la ruralité dans notre région».

Services

Cette assemblée devait statuer sur les comptes de l’exercice écoulé, qui s’est soldé par un léger excédent. Le niveau de cotisations n’est pas modifié : 45€ de base + 1,40€ par hectare de bois, assurance responsabilité civile incluse. Cette assurance est marquée par une sinistralité défavorable et il était rappelé la nécessité d’entretenir les bordures de bois, surtout le long de voies publiques ou de parcelles construites.

Les adhérents bénéficient de services individuels et collectifs, dont la veille fiscale et réglementaire et l’envoi régulier, pour courriels, d’informations pratiques. Des consultations sont réalisées, la participation des adhérents étant souhaitée pour de nombreux dossiers, en particulier lors de l’élaboration ou de la modification de documents d’urbanisme (Plu).

Des sessions de formation sont proposées, ainsi que des réunions d’information, sur des sujets techniques ou réglementaires ; une prochaine réunion est prévue sur les plans simples de gestion, pour répondre à une demande liée aux nombreux contrôles par les services de l’État (10% par an au minimum par an, soit 67 contrôles dans l’Oise).

La conclusion de cette assemblée a été faite par Jean Guinard, directeur départemental des territoires représentant le préfet, qui a rappelé le poids de la filière bois dans la région, avec 37.000 salariés pour les Hauts-de-France et a souligné le professionnalisme des responsables forestiers privés dans le département.

Remise de l’insigne d’officier du Mérite agricole à Denis Hargé d’Ophove par Xavier Bertrand, président du Conseil régional.
Remise de l’insigne d’officier du Mérite agricole à Denis Hargé d’Ophove par Xavier Bertrand, président du Conseil régional. - © Bernard Leduc

Denis Harlé d’Ophove officier du Mérite Agricole

Denis Harlé d’Ophove, président de Forestiers Privés de l’Oise, s’est vu remettre vendredi dernier 7 octobre la médaille d’officier dans l’ordre du Mérite agricole par Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France. Celui-ci a rappelé le long parcours professionnel de Denis Harlé d’Ophove, qui a ou a eu de nombreuses responsabilités départementales ou régionales «avec le souci de l’efficacité», dans le syndicalisme forestier et les organismes de la forêt privée. «Vous êtes un entrepreneur, qui crée de l’activité et des richesses» disait Xavier Bertrand s’adressant à celui qui a été «un précurseur» dans le domaine du bois énergie.

Après sa remise de décoration, devant son frère Guy, Denis Harlé d’Ophove a rappelé le poids de la forêt privée dans l’Oise avec ses presque 90.000 ha (soit les deux tiers de la surface boisée du département) et le rôle multifonctionnelle de la forêt. Elle est à la fois «un espace de biodiversité et de production» disait-il, rappelant «le lien fort entre agriculteurs et forestiers».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui