L'Oise Agricole 30 juillet 2015 à 08h00 | Par L'Oise Agricole

La filière laitière trouve un accord sur les prix

La filière laitière s’est réunie le 24 juillet sous l’égide du ministre de l’Agriculture, avec l’objectif principal de revaloriser les prix payés aux producteurs dans un contexte très dégradé pour les éleveurs laitiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Roquefeuil à la sortie de la réunion de la filière lait le 24 juillet.
Thierry Roquefeuil à la sortie de la réunion de la filière lait le 24 juillet. - © Actuagri

Alors que les éleveurs manifestent depuis plusieurs jours, la réunion de la filière laitière le 24 juillet était «très attendue», «dans un contexte de tension que l’on n’avait pas connu depuis plusieurs années», disait le président de la Fnsea, Xavier Beulin, à l’issue de la réunion.

Le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl), Thierry Roquefeuil, a rappelé «l’objectif d’une revalorisation forte» du prix du lait, que la conjoncture situe actuellement autour de 300€ la tonne»

Prix revalorisés

Si pour Thierry Roquefeuil, «on ne règle pas tous les problèmes aujourd’hui », les mesures décidées à l’issue de la table-ronde permettront cependant de «passer un cap». «Nous avons trouvé une solution qui, au moins jusqu’à la fin de l’année, garantit un prix du lait qui ne sera pas inférieur à 340 € la tonne», a expliqué de son côté le président de la Fnsea, Xavier Beulin.

Un montant qui devrait permettre aux producteurs de lait, victimes d’une forte baisse de prix ces derniers mois, de couvrir leurs charges. La revalorisation porte sur un certain nombre de produits, en se basant sur les prix de fin 2014 : lait de consommation, produits de base premier prix (beurre, crème…) et marques de distributeurs. Les transformateurs ont accepté de transférer aux producteurs l’intégralité des hausses de prix versées par la grande distribution.

L’accord sera effectif à partir du mois d’août, et donc mesurable sur la paie des producteurs en septembre. «Après plusieurs mois de déflation sur les prix des produits alimentaires, il est temps de faire un peu de rattrapage. On n’est pas en train de remettre en cause la question du pouvoir d’achat de nos concitoyens : la plupart des produits laitiers ont baissé d’environ 12 % sur les douze à dix-huit derniers mois», a considéré Xavier Beulin.

Stéphane Le Foll a signalé, de son côté, que «l’impact est de quelques centimes pour le consommateur, les prix ne vont pas se mettre à flamber». Pour le ministre, l’engagement est par ailleurs «très clair» concernant la restauration hors domicile, un secteur mentionné par Xavier Beulin, qui lui demande «la même chose qu’à la grande distribution ». Stéphane Le Foll a précisé à ce sujet que «chacun peut faire des achats locaux aujourd’hui, tout en respectant le code des marchés publics, il faut que cela se généralise ».

Le Médiateur sera mobilisé pour vérifier la tenue de ces engagements, avec un premier point d’étape prévu en septembre. Si un accord a donc été trouvé par l’ensemble des participants, les producteurs restent vigilants et attendent également des mesures à l’échelle européenne.

Politique à l’échelle européenne

Pour Thierry Roquefeuil, «on ne sortira pas de la crise actuelle avec cette table-ronde, la crise est européenne. Mon objectif en tant que producteur de lait, ce n’est pas de couvrir mes charges, c’est de vivre de mon métier», a-t-il-ajouté, en précisant que le marché français ne peut se substituer à un contexte européen détérioré, notamment par l’embargo russe et la sortie des quotas qui entraîne une augmentation de la production dans un certain nombre de pays, alors que la demande mondiale, et asiatique en particulier, s’avère moins dynamique que prévue.

La mobilisation de Stéphane le Foll pour obtenir la tenue d’un conseil européen des ministres de l’Agriculture a donc été saluée par les participants. Celui-ci aura lieu le 7 septembre, avec l’objectif d’obtenir une revalorisation du prix d’intervention pour le lait à l’échelle européenne. Le ministre note cependant qu’au niveau de la France, il faut encore se projeter sur des sujets comme la contractualisation et le positionnement de la production laitière française dans le marché européen.

Stéphane Le Foll rencontrera également, autour du 20 août, son homologue allemand, pour aborder avec lui la question du marché du lait. Si Xavier Beulin a insisté sur «l’état d’esprit constructif et, je l’espère, durable» de la réunion, les producteurs ont d’ores et déjà prévenu que des actions de surveillance auront lieu cet été, avant le prochain point d’étape, pour vérifier si les engagements pris par les transformateurs et les distributeurs sont effectivement respectés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui