L'Oise Agricole 14 septembre 2017 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

La FDSEA 60 mène une campagne sur le champ de (Jim) Bataille

La FDSEA 60 a accueilli Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, sur son stand.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Éric Thirouin, Jean-Michel Hamel, Jérôme Despey, Luc Roland, Christiane Lambert, Laurent Degenne, Guillaume Chartier, Jean-Christophe Ruffin, Luc Smessaert et Thierry Bourbier.
Éric Thirouin, Jean-Michel Hamel, Jérôme Despey, Luc Roland, Christiane Lambert, Laurent Degenne, Guillaume Chartier, Jean-Christophe Ruffin, Luc Smessaert et Thierry Bourbier. - © Dorian Alinaghi

C’est dans un stand de 300 m2 que la FDSEA 60 s’est réunie durant ces 3 jours. Les visiteurs pouvaient à l’occasion s’informer sur l’ensemble des activités du syndicat. Entre temps, il était aussi question de participer aux festivités tout en proposant des dégustations, et des animations. De plus, le vendredi était consacré aux scolaires. Les enfants ont pu s’amuser avec des jeux picards.

Mais la FDSEA60 a aussi organisé dimanche matin, pour ses adhérents, un temps d’échanges avec la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, le secrétaire général, Jérôme Despey, et le responsable environnement, Éric Thirouin. Plusieurs points ont été soulevés par les adhérents présents. La FNSEA s’est exprimée sur le dossier concernant la prolongation ou non de l’utilisation du glyphosate. Christiane Lambert et Éric Thirouin ont rapellé qu’«aujourd’hui, il n’existe aucune alternative. Par conséquent, il n’est pas question que l’on interdise son utilisation. La FNSEA défendra sa position, mais également lors de nos prochains déplacement sur le terrain, nous le revendiquerons.» Cette rencontre avec le stand a aussi été l’occasion pour les représentants de la FNSEA de faire le point sur les États généraux de l’alimentation, en cours actuellement.

 

L'association Solaal aide les plus démunies
L'association Solaal aide les plus démunies - © Dorian Alinaghi

Une belle action de solidarité

À l’issue de la fête, plutôt que repartir avec des denrées périssables ou laisser perdre des produits, les Jeunes Agriculteurs ont choisi de faire un don aux associations caritatives locales par l’intermédiaire de Solaal. Le ministre de l’Agriculture a d’ailleurs pu être témoin de cette démarche solidaire et même mettre la main à la pâte en participant symboliquement à une chaîne de don. Ainsi, une tonne de bananes a été donnée par le Syndicat de la banane de Guadeloupe et de Martinique, 500 kilos d’ananas par la FDSEA de la Réunion, 1 tonne de tomates par les JA de la Manche, 1 tonne de brocolis par un producteur de l’Oise, 3.000 œufs par Matines, 300 kg de pommes de terre par un producteur des Hauts-de-France. Les associations caritatives ont pu récupérer toutes ces denrées dimanche soir pour les distribuer en début de semaine aux bénéficiaires.

Olivier Delignières interpelle le ministre en visite sur le stand de la FDSEA 60.
Olivier Delignières interpelle le ministre en visite sur le stand de la FDSEA 60. - © Dominique Lapeyre-Cavé

La trajectoire du ministre de l’Agriculture

«Je suis ici, dans l’Oise, car ce département a une dimension agricole très importante. Je veux que l’agriculture française reprenne sa place de leader en Europe. Mais le ministère a besoin de vous pour être efficace. Nous devons nous concerter ensemble, avancer ensemble sur certains points. Notre agriculture doit être compétitive, innovante et qu’elle rentre dans l’air moderne du XIXe siècle. Il faut défendre la formation et l’éducation agricole, mais aussi défendre le budget de la Pac. C’est sur un certain nombre de débats, comme sur le glyphosate, qu’il faut réfléchir et agir afin de créer une trajectoire. Cette dernière permettra de construire un avenir meilleur. Que les agriculteurs ne soient pas lésés. Que vous puissiez travailler dans de bonnes conditions. Que nous puissons trouver un bon modèle économique pertinent pour vous permettre d’investir, d’avoir des exploitations viables mais aussi pour protéger les agriculteurs et l’environnement. Et cette trajectoire, on la bâtira avec les agriculteurs et non contre vous. On n’avance jamais contre la volonté des gens. De plus, les États généraux de l’alimentation vont permettre de trouver des pistes de travail. Je suis avec vous et j’ai notamment besoin de vous pour mener à bien notre trajectoire.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,