L'Oise Agricole 22 décembre 2016 à 08h00 | Par laurence Geffroy

L’anticipation, plus que jamais nécessaire pour Cap Seine

La coopérative normande Cap Seine, qui a des silos et une zone de collecte dans la partie Nord-Ouest de l’Oise, mise sur l’agriculture de précision pour mieux réagir en cas de moisson difficile comme celle de 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Laurence Geffroy

Cap Seine a mis l’accent sur l’agriculture de précision et les avantages de la mutation apportée par le numérique lors de son assemblée générale le 8 décembre, à Grand-Quevilly. La coopérative, forte de l’expérience de ses adhérents de l’Eure dans le domaine, souhaite proposer à l’avenir davantage d’outils d’analyse, d’anticipation et de décision pour les céréaliers, comme le souligne le président Jean-Charles Deschamps, agriculteur à Barc, dans l’Eure, «afin de passer de l’ère post-traumatique au prédictible».

 

Électrochoc

La moisson catastrophique de 2016 a provoqué un électrochoc et une remise en cause de la structure sur sa façon de travailler. «On apprend de nos erreurs. Ainsi, cette année, nous avons arrêté trop tôt la surveillance de la plante car, si on avait continué et pu prévoir ce qui s’est passé, on aurait pu agir plus tôt sur les marchés. Mais personne ne l’a vu venir», regrette le professionnel.

Revenant sur la crise qui s’en est suivi, Patrick Aps, directeur de Cap Seine, a annoncé que la coopérative avait actuellement 7,2 millions d’euros en contentieux. «Nous avons recensé 350 agriculteurs en réelle difficulté», précise-t-il. Pour rappel, 6,1 millions d’euros ont été restitués cette année par la coopérative à ses 3.700 adhérents sous forme de ristournes et intérêts aux parts sociales, dans le cadre de ses efforts exceptionnels pour les grandes cultures et l’élevage.

Une bouffée d’oxygène pour repartir. Car la moisson 2017 est déjà sur toutes les lèvres. Ressemblera-t-elle à 2016 ou, au contraire, à 2015 où la collecte avait été historique mais dans l’autre sens, avec des rendements élevés ?

L’assemblée générale est l’occasion de présenter les résultats de l’année précédente, et pour 2015-2016, le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 932 millions d’euros. Proche de 13 %, la rentabilité économique brute revient à son meilleur niveau depuis l’intégration il y a deux ans de la filière légumes. Cette dernière «a été entièrement repensée, tant dans son offre que dans son organisation», même si Lunor, filiale spécialisée dans la production et la commercialisation de pommes de terre, demeure en situation fragile. «L’exercice passé a néanmoins vu les surfaces augmenter et les prix progresser», ajoute la direction.

 

Le lin, emblème de la diversification

Autre filière à laquelle Cap Seine attache de l’importance : le lin. Emblématique de sa stratégie de diversification, Lineo, acquise en 2015, entre dans une phase préindustrielle et ouvre des perspectives comme le partenariat avec Faurecia qui devrait se concrétiser en 2017.

La start-up, basée à Saint-Martin du Tilleul, dans l’Eure, devrait produire massivement son composite à base de lin, envisagée comme la solution pour les planches de coffre de l’équipementier automobile. La coopérative poursuit plus que jamais sa stratégie d’élargissement de ses débouchés.

Développement du réseau Be Api

Le réseau Be Api a annoncé le 7 décembre une montée à son capital de 31 coopératives - dont Cap Seine, Agora et Valfrance - marquant la naissance d’une société spécialisée dans l’agriculture de précision.

«L’association d’InVivo et de 31 coopératives dans une structure participative et innovante constitue une formidable opportunité pour partager nos expériences, mutualiser nos savoir-faire et valoriser nos systèmes d’information ainsi que nos données», selon un communiqué. «Avec Be Api, nous allons accélérer le développement de l’agriculture de précision et notamment de la modulation intraparcellaire auprès du plus grand nombre d’agriculteurs.» La société revendique une expertise de plus de dix ans dans le zonage, la cartographie, le conseil et la modulation intraparcellaire

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui